tolérance zero

#MeToo à l'hôpital : les présidents de CME promettent une "tolérance zéro"

Alors qu'une vague de témoignages dénonce les violences sexistes et sexuelles à l'hôpital, la conférence des présidents des commissions médicales d'établissement (CME) de CHU a promis une "tolérance zéro". Dans un communiqué, diffusé vendredi 19 avril, l'instance s'engage à "ne laisser aucun signalement sans réponse".

23/04/2024 Par Chloé Subileau Moins de 5 min
Violences sexistes et sexuelles
tolérance zero

Ces deux dernières semaines, de nouveaux témoignages d'étudiantes et professionnelles de santé sur les violences sexistes et sexuelles ont ébranlé le monde hospitalier. Face à ces prises de parole, l'instance représentative des médecins des CHU s'est engagée, vendredi 19 avril, à appliquer une "tolérance zéro" à l'égard de tout médecin coupable. Elle a également promis de "protéger" les victimes et les témoins qui "signalent" de telles violences. 

Le 10 avril, dans une enquête, publiée dans Paris Match, la Pre Karine Lacombe, cheffe de service hospitalier des maladies infectieuses à l'hôpital Saint-Antoine (Paris), accusait le Dr Patrick Pelloux de "harcèlement sexuel et moral". Ces accusations ont déclenché de vives réactions. Sur les réseaux sociaux, de nombreuses femmes – jeunes professionnelles ou étudiantes en santé – ont témoigné de violences sexistes et sexuelles vécues à l'hôpital, et dans l'ensemble du milieu médical. Elles ont aussi déploré une tradition d'omerta, dans ce monde très hiérarchisé où les victimes craignent pour leurs carrières; 

Dans ce contexte, la conférence nationale des présidents de commissions médicales d'établissement (CME) de CHU a souhaité prendre position. "Par leur rôle et les compétences qui leurs sont conférées", ces CME "sont amené[e]s à connaître et à traiter des cas de violences sexuelles et sexistes qui leur sont signalés", écrit la conférence dans un communiqué, diffusé le vendredi 19 avril.

Cette dernière s'engage alors "à appliquer un principe de tolérance zéro à l'égard de tout membre de la communauté médicale qui se rendrait coupable de manière avérée de telles violences, dans le respect des procédures juridiques", poursuit l'instance. Elle appelle également "les personnels hospitaliers à signaler les cas dont ils seraient victimes ou témoins", promet "de ne laisser aucun signalement sans réponse" et s'engage "à prendre tout disposition utile pour protéger la poursuite de leurs carrières".

"Au-delà de la prise en charge des situations qui sont signalées", les présidents des CME demandent à ce que soit "renforcée, en lien avec les directions des hôpitaux et celles des facultés de médecine, la politique de prévention de la violence sexiste et sexuelle à l'hôpital", souligne le communiqué.

[avec AFP]

 
Vignette
Vignette

G à 30 euros : médecins, allez-vous anticiper l'augmentation tarifaire ?

Avocat  Du Diable

Avocat Du Diable

Non

Même si cette augmentation est justifiée , sur le plan fiscal c'est un massacre = pas d'abattement sur les charges sociales . Vous... Lire plus

1 commentaire
Photo de profil de Henri Baspeyre
11,3 k points
Débatteur Passionné
Chirurgie générale
il y a 1 mois
promesses électorales on connaît la musique!...Lire plus

La sélection de la rédaction

Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17