Quand un directeur d’ARS accuse les urgentistes démissionnaires de « racket » et menace de les blacklister | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Quand un directeur d’ARS accuse les urgentistes démissionnaires de « racket » et menace de les blacklister

Les urgences de Mulhouse sont dans la tourmente. Le service, dont une quinzaine de médecins ont démissionné, doit recourir à des intérimaires. Ce qui n’est pas du goût du directeur de l’ARS. Aux urgences de Mulhouse, les démissions s’enchainent les unes après les autres depuis un an. Dénonçant la dégradation des conditions de travail, le personnel s’est mis en grève dès le mois d’avril. Comme ailleurs, les trous du planning sont comblés par des intérimaires. Une situation dénoncée lors d’une réunion en juillet par le directeur de l’ARS, Christophe Lannelongue,...
30 commentaires

L’accès à la totalité de l’article
est réservé aux professionnels de santé.

Vous êtes professionnel de santé ? Rejoignez-nous !
Décryptez Commentez

Inscrivez-vous
gratuitement

Créer un compte

Déjà inscrit ?

Système d'authentification des professionnels de santé

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…