Il appelle cinq fois le Samu avant de décéder : trois médecins jugés pour non-assistance à personne en danger | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Il appelle cinq fois le Samu avant de décéder : trois médecins jugés pour non-assistance à personne en danger

Trois médecins vendéens viennent d'être jugés pour non-assistance à personne en danger. Avant de décéder, Claudio Guidi, tétraplégique, avait sollicité à cinq reprises le Samu du centre hospitalier départemental de La Roche-sur-Yon.

 

Le 6 avril 2016, ce patient de 48 ans regagne son domicile de La Roche-sur-Yon (Vendée) après avoir subi une intervention au CHU de Nantes. L’homme, tétraplégique, vient de se faire poser une nouvelle pompe à Baclofène. A son retour, il ressent des picotements et des contractures. Inquiète, son aide à domicile contacte le Samu du CHD à 18 h 30. "Le médecin lui conseille de joindre l’interne spécialisé du CHU de Nantes, ou de se rapprocher du neurochirurgien qui a installé la pompe", relate la présidente du tribunal, citée par Ouest France.

Mais les symptômes s’accentuent. Elle renouvelle son appel à 0 h 10. Le discours du deuxième médecin régulateur est identique au premier :  "La pompe à Baclofène, c’est quelque chose d’hyperspécialisé. On ne peut pas vous aider aux urgences de La Roche-sur-Yon", lui indique-t-il.

Nouvel appel à 4 h 30, puis un quatrième un peu plus tard. "J’ai le cœur qui s’emballe", souffle Claudio Guidi en sueur. "Votre pompe ne joue pas son rôle, mais il n’y a pas de détresse vitale dans ce que vous me décrivez ", constate le médecin. "Laissez tomber", lâche le patient à bout.

Cinquième et dernier appel : "Il a les yeux grands ouverts, et ne parle plus du tout !", explique, paniquée, l'aide à domicile. Cette fois, Claudio Guidi est conduit aux urgences à 6 h 20, puis héliporté au CHU de Nantes, où il décède quelques heures plus tard d’une hémorragie cérébrale.

Le rapport des médecins experts est accablant à l'encontre des urgentistes. L’un stipule que la crise d’hyperréflexie autonome, dont souffrent couramment les personnes tétraplégiques comme Claudio Guidi, aurait dû être prise en charge "au risque de provoquer des complications vasculaires, cardiaques, ou cérébrales. Le quatrième appel révèle des signes d’urgence vitale." Un expert note "l’absence d’action des médecins régulateurs. Une faute technique." Un autre expert affirme qu’une intervention aurait dû être déclenchée dès le troisième appel et pointe "un comportement inadapté des trois médecins qui ne sont pas donnés les moyens de rechercher un péril imminent".

L'un des médecins a affirmé lors de l'audience...

14 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…