Un manifeste de 343 médecins en soutien au généraliste accusé d’euthanasie | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Un manifeste de 343 médecins en soutien au généraliste accusé d’euthanasie

Un manifeste de 343 médecins en soutien au généraliste accusé d’euthanasie
En soutien au médecin généraliste mis en examen pour des soupçons d’euthanasie mi-octobre dernier et sur le modèle du “manifeste des 343 salopes”, le président de la Fédération des médecins de France, Jean-Paul Hamon, lance un manifeste de 343 médecins déclarant également avoir accompagné des patients en fin de vie. Il explique son projet à Egora. 
 

L’affaire remonte à mi-octobre. Un médecin généraliste de Fécamp (Normandie), en exercice depuis trente ans et son épouse, anesthésiste dans une clinique, ont été placés en garde à vue par les gendarmes et mis en examen pour “administration de substance nuisible ayant entraîné la mort”. 

 

D'après le quotidien régional Paris Normandie qui a révélé l’affaire, le généraliste est poursuivi pour avoir administré du midazolam, fourni par son épouse, à plusieurs de ses patients malades ou en fin de vie. Pour l’enquête, les corps de sept anciens patients ont été exhumés et la présence du sédatif a été décelée chez cinq d'entre eux. "L'information judiciaire devra s'attacher à déterminer le lien de causalité entre l'absorption des produits et le décès des patients, mais aussi la réelle intention des mis en cause", précisait alors procureur à Paris Normandie. Les patients de ce généraliste ont tenté de le défendre et de nombreux médecins lui ont, depuis, témoigné de leur soutien.

 

“Ce médecin est connu de ses collègues pour prendre en charge les patients à domicile. Il s’occupe beaucoup des personnes âgées et gère les fins de vie à domicile en s’étant formé aux soins palliatifs. Il a plus de 2.000 patients en tout. Être interdit d’exercice pour avoir utilisé une molécule qui est couramment utilisée à l'hôpital ou en hospitalisation à domicile, je trouve que c’est au minimum un règlement de compte ; ou alors un excès de zèle de la part du procureur de la république, qui en plus a fait déterrer des cadavres ces cinq dernières années de personnes qui étaient connues pour avoir eu des cancers métastasés et être clairement en fin de vie”, enrage le président de la Fédération des médecins de France, Jean-Paul Hamon.

 

Pour mettre la pression au Gouvernement, Jean-Paul Hamon compte lancer un manifeste de 343 médecins, sur le modèle du “manifeste des 343 salopes”, en 1971. “On a décidé de lancer un manifeste sur le modèle des 343 femmes qui avaient déclaré avoir avorté pour donner du poids à Simone Veil afin qu’elle puisse faire passer la loi sur la légalisation de l’avortement. Dès janvier, nous publierons la liste de 343 médecins qui, comme moi, déclarent avoir accompagné des patients à domicile en fin de vie en ne respectant pas forcément la loi”, confie-t-il à Egora. “Comme Agnès Buzyn ne répond pas, nous en appelons à Nicole Belloubet, Edouard Philippe et Emmanuel Macron”.

 

“Les médecins généralistes devraient pouvoir prendre en charge la fin de vie”. 

Aux yeux du médecin, cette interdiction faite aux généralistes d’utiliser cette molécule participe à la dégradation des conditions d’exercice de la médecine en général. “On est en train de faire croire depuis quelques années que la médecine générale pourrait être faite par des infirmières, des kinés, des pharmaciens, voire de la téléconsultation…

27 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…