PUB

Vous êtes ici

A+ A-

"Je ne suis pas un médecin qui tue, je raccourcis l'agonie"

De plus en plus de Français frappent aux portes de la Belgique et de la Suisse pour contourner la loi française sur la fin de vie. La question de l'aide à mourir vient de refaire surface avec l'euthanasie en Belgique de la romancière française Anne Bert atteinte de la Maladie de Charcot. Habitué à pratiquer des euthanasies, le Dr Yves de Locht, généraliste belge, revient pour Egora sur sa pratique. S'il ne se considère pas comme un militant, il estime que ce geste fait partie du dernier soin qu'un médecin peut apporter au malade.

 

"J'ai 72 ans et je suis médecin généraliste depuis 40 ans. Je ne me suis jamais positionné contre l'euthanasie, mais pour le soulagement des douleurs, physiques et psychiques de mes patients. Avant la légalisation de l'aide active à mourir en Belgique en 2002, l'état de dégradation de mes patients me faisait de la peine. Il était de plus en plus difficile de calmer leurs douleurs, notamment psychiques et morales. J'ai décidé de suivre une formation sur les soins de fin de vie pour progresser dans ce domaine.

 

Le médecin peut dire non. Ça m'est déjà arrivé.

 

Je trouve que l'euthanasie est une bonne chose si l'on respecte les trois critères de la loi belge. Il faut d'abord une demande répétée, volontaire et consciente du patient. C'est la condition de base sans laquelle on ne peut rien faire. Personne d'autre ne peut faire cette demande à la place du patient. La famille ne peut pas non plus refuser. Deuxième condition : le patient doit être atteint d'une affection grave et incurable. Enfin, la troisième condition est que cette affection entraîne des souffrances physiques ou psychiques inapaisables. L'avis d'un deuxième voire parfois d'un troisième médecin est nécessaire pour envisager l'euthanasie. Nous avons une clause de conscience. Le médecin peut dire non. Ça m'est déjà arrivé. On reçoit parfois des demandes farfelues ou d'autres qui ne sont pas en accord avec la loi belge. Il m'est également arrivé de refuser pour...

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…