Après les généralistes, la Saône-et-Loire salarie ses premiers médecins spécialistes | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Après les généralistes, la Saône-et-Loire salarie ses premiers médecins spécialistes

Bon élève de la lutte contre la désertification médicale, le département de Saône-et-Loire salarie dans son centre de santé, créé en 2017, 60 médecins généralistes. Et depuis peu, sept médecins spécialistes. 

 

Pédiatrie, tabacologie, psychiatrie, gynécologie : les sept médecins spécialistes recrutés par le conseil départemental exerceront dans l'un des six sites du centre de santé, assurant des consultations en présentiel ou à distance. Certains partageront leur temps d'exercice entre le centre de santé et les hôpitaux du département.  

Le centre de santé départemental compte recruter une vingtaine de spécialistes supplémentaires afin de proposer aux Saône-et-Loiriens une offre de soins pluridisciplinaire complète qui comprend la cardiologie, la dermatologie, l’endocrinologie, la pneumologie et la pédopsychiatrie et " d’assurer une couverture homogène du territoire"» selon André Accary, président du conseil départemental, à l'origine du centre en 2017. Un projet à deux millions d'euros qui a d'ores et déjà permis de salarier 60 médecins généralistes et de garantir à 75% des habitants d'accéder à des consultations de premier recours à moins de 15 minutes de chez eux. 

Le département ne compte pas s'arrêter là. De nouveaux médecins généralistes vont être embauchés pour venir épauler ceux déjà présents et un nouveau site devrait bientôt être implanté dans la région de Bresse.  

Sur les sites de Mâcon, Digoin et Manceau, des unités de petites urgences ont été mises en place pour désengorger les services d’urgences hospitalières ; d'autres sont à l’étude au Creusot, Chalon et Autun. Des plages de permanence des soins vont également être ouvertes le dimanche et les soirs de la semaine.  

Engagé dans la lutte contre l'épidémie à travers la téléconsultation (2700 consultations réalisées au total), le centre de santé départemental espère maintenant former des équipes mobiles ou affréter un bus pour faciliter l’accès au vaccin pour les plus démunis. 

[avec Le Journal de Saône-et-Loire] 

1 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…