Révoltés, 120 médecins signent contre les médecines alternatives

19/03/2018 Par Collectif de médecins
MEP

Dans un contexte de défiance grandissante vis-à-vis de la science et de la médecine, une centaine de médecins a décidé d'alerter. Dans cette tribune, que nous reproduisons en intégralité, ils dénoncent l'utilisation du titre de médecin pour donner des soins dont les bases scientifiques ne sont pas avérées, et rappelent les risques encourus par les patients qui se détournent de la médecine conventionnelle. Ils appellent les pouvoirs publics à réagir. Egora ouvre le débat.

   

L'initiative :

"Des médecins du quotidien ont décidé d'alerter sur la part grandissante de pseudo-médecines à l'efficacité non prouvée et aux promesses fantaisistes qui sont proposées aux patients.

Sous couvert d'une prétendue innocuité bien moins évidente qu'il n'y paraît et produisant un discours à la limite du complotisme, entretenant la confusion dans l'esprit du public entre médecine scientifique et croyances, ces « disciplines » à la tête desquelles trône l'homéopathie font beaucoup plus de mal que de bien.

Ainsi ces médecins demandent l’exclusion de ces disciplines ésotériques hors de la caution que leur apportent les médecins ou les institutions médicales. Il est important que les patients cessent d'être abusés par ces remèdes illusoires, juste bons à profiter des effets contextuels. Même si nous reconnaissons l’utilité de ces effets contextuels, ils s’appuient sur un discours ésotérique et fallacieux qui ne font pas le cœur et l'efficacité de ce que devrait être la médecine scientifique basée sur des preuves."

  "Le serment d'Hippocrate est l’un des plus anciens engagements éthiques connus. Il exige du médecin d'offrir les meilleurs soins possibles et de la façon la plus honnête. Ces deux exigences lui imposent de chercher sans cesse à améliorer ses connaissances, et d'informer ceux qui font appel à ses soins : ce qu’il peut raisonnablement proposer, ainsi que ce qui est inutile ou contre-indiqué. Il est facile et valorisant d'afficher son savoir. Il est bien plus difficile d'expliquer et d’accepter ses limites. La tentation peut alors être grande de pratiquer des soins sans aucun fondement scientifique. Cette tentation a toujours existé. Elle a été, et est toujours, nourrie par... des charlatans en tout genre qui recherchent la caution morale du titre de médecin pour faire la promotion de fausses thérapies à l’efficacité illusoire. L’obligation d'honnêteté est inscrite dans les Codes de déontologie des professions médicales et le Code de santé publique : Article 39 (article R.4127-39 du Code de la santé publique). Ils interdisent le charlatanisme et la tromperie, imposent de ne prescrire et distribuer que des traitements éprouvés. Ils proscrivent aussi l’usage de remèdes secrets ou ne mentionnant pas clairement les substances qu’ils contiennent. Le Conseil de l'Ordre des Médecins est chargé de veiller à ce que ses membres n'utilisent pas leur titre pour promouvoir des pratiques dont la science n’a jamais pu prouver l’utilité, voire qui présentent une certaine dangerosité. Il doit veiller à ce que les médecins ne deviennent pas les représentants de commerces ou industries peu scrupuleux. Il doit sanctionner ceux ayant perdu de vue l'éthique de leur exercice. Pourtant en 2018, l'Ordre des Médecins tolère des pratiques en désaccord avec son propre Code de déontologie. Les pouvoirs publics organisent voire participent au financement de certaines de ces pratiques. Face à des pratiques de plus en plus nombreuses et ésotériques, et à la défiance grandissante du public vis-à-vis de la médecine scientifique, nous nous devions de réagir avec force et vigueur. L’homéopathie comme les autres médecines qualifiées « d’alternatives » ne sont en rien scientifiques. Elles sont basées sur des croyances promettant une guérison miraculeuse et sans risques. En septembre 2017, le Conseil scientifique des Académies des Sciences Européennes a publié un rapport confirmant l’absence de preuves de l’efficacité de l’homéopathie. Dans la plupart des pays développés, les médecins se voient interdire de prescrire des produits homéopathiques. Les thérapies dites « alternatives » sont inefficaces au-delà de l’effet placebo, et n’en sont pas moins dangereuses. - Dangereuses, car elles soignent l’inutile en surmédicalisant la population et en donnant l’illusion que toute situation peut se régler avec un « traitement. » - Dangereuses, car elles alimentent et s’appuient sur une défiance de fond vis-à-vis de la médecine conventionnelle comme le montrent les polémiques injustifiées sur les vaccins. - Dangereuses enfin, car leur usage retarde des diagnostics et des traitements nécessaires avec parfois des conséquences dramatiques, notamment dans la prise en charge de pathologies lourdes comme les cancers. Ces pratiques sont également coûteuses aux finances publiques. - Des formations sont assurées dans des structures recevant de l’argent public. Des consultations sont ouvertes dans des hôpitaux, aux dépens d’autres services.Certains de ces traitements sont pris en charge par l’assurance maladie largement déficitaire. - Ainsi, les produits homéopathiques peuvent être remboursés à 30 % (et jusqu’à 80 % en Alsace-Moselle) avec un statut dérogatoire les dispensant de prouver leur efficacité. - Ceci finance une industrie prospère dont les représentants n'hésitent pas à insulter gravement ceux qui les critiquent (« Il y a un Ku Klux Klan contre l’homéopathie » accusait le président du leader mondial du secteur Christian Boiron dans le journal Le Progrès du 15 juillet 2016) ou à balayer d’un revers de main les exigences de preuves scientifiques. De ces pratiques qui ne sont ni scientifiques, ni éthiques, mais bien irrationnelles et dangereuses, nous souhaitons nous désolidariser totalement. Nous demandons instamment au Conseil de l'Ordre des Médecins et aux pouvoirs publics de tout mettre en oeuvre pour : - Ne plus autoriser à faire état de leur titre les médecins ou professionnels de santé qui continuent à les promouvoir. - Ne plus reconnaître d’une quelconque manière les diplômes d'homéopathie, de mésothérapie ou d’acupuncture comme des diplômes ou qualifications médicales. - Ne plus faire produire en Faculté de Médecine ou dans les établissements de formation de santé, des diplômes appuyés sur des pratiques dont l’efficacité n’aura pas été scientifiquement démontrée. - Ne plus rembourser par les cotisations sociales les soins, médicaments ou traitements issus de disciplines refusant leur évaluation scientifique rigoureuse. - Encourager les démarches d'information sur la nature des thérapies alternatives, leurs effets délétères, et leur efficacité réelle. - Exiger de l’ensemble des soignants qu’ils respectent la déontologie de leur profession, en refusant de donner des traitements inutiles ou inefficaces, en proposant des soins en accord avec les recommandations des sociétés savantes et les données les plus récentes de la science, en faisant preuve de pédagogie et d’honnêteté envers leurs patients et en proposant une écoute bienveillante."   Pour signer la tribune et obtenir plus d'informations sur cette initiative   Les premiers signataires :

Lallemand Pierre-Marc

Cardiologie

Groquik @p_gral0

Médecine Générale

Philippe Mauboussin

Médecine Générale

Ropars Vincent

Médecine Générale

Barraud Damien

Médecine Générale

Degremont Julien

Médecine Générale

Peguet Olivier

Anesthésie

Qffwffq @qffwffq

Neurologie

Jean-Jacques Fraslin @Fraslin

Médecine Générale

docblouze@docblouze

Médecine Générale

Abela Romain

Médecine Générale

DrNamaskar @DrFranceInde

Médecine Générale

docisa @docisa33

Médecine Générale

M5 @Module5

Médecine Générale

Marie Reboul

Médecine Générale

Van Dessel Mathieu

Médecine Générale

Aïda Cancel

Psychiatrie

Ospital Antoine

Médecine Générale

delamare @delamare41

Médecine Générale

Viault Benoit

Urgences

Pérez Noémie

Pédiatrie

Hiriart Timothée

Médecine Générale

Dr Robert Ford @yannsenberg

Médecine Générale

Lagarde Marc

Médecine Générale

WhyDoc @Whydoc_

Médecine Générale

Cardiopediatrix @cardiopediatrix

Pédiatrie

Farny Nicolas

Anesthésie-Réanimation

Boisselier-Daré Christine

Médecine Générale

Berthié Céline

Médecine Générale

Zores Florian

Cardiologie

De Bremond d'Ars Pierre

Médecine Générale

Casanova Matthieu

Médecine Générale

Perrain Alice

Médecine Générale

Sanselme Anabel

Médecine Générale

Nebuleuse@DocNebulleuse

Psychiatre

Charissou Alan

Médecine Générale

Descoux Jérémy dit Asclépios

Cardiologie

Hurtaud Aline

Médecine Générale

Silvin Laurent

Médecine Générale

Calafiore Matthieu

Médecine Générale

Morel François

Chirurgie maxillo-faciale

Dr_Sven@polosven

Urgences

Bonnet Pierre-André

Médecine Générale

Chauvin Valentin

Médecine Générale

Thomire Arthur

Médecine Générale

Mathieu Camille

Médecine Générale

Gille Thomas

Physiologie

DrKarimou @NommeHo

Médecine Générale

Wing @gniwing

Chirurgie Vasculaire

Baptoub @BaptouB

Médecine Générale

Benyoussef Anas-Alexis

Ophtalmologie

DocMarmotte @kyia0004

Médecine Générale

Dr Marmotte Verte @marmotte_verte

Médecine Générale

Masot Emmanuel

Médecine Générale

Fackeure Rémi

Anesthésie-Réanimation

Boutonné Romain

Médecine Générale

Luciani Sylvestre

Médecine Générale

Emilie Pinon

Médecine Générale

Borée @Dr_Boree

Médecine Générale

DrBenNon @DrBenNon

Médecine Générale

DocLola @lilolaa_

Urgences

Lara_Cockroft @Docmamz

Médecine Générale

Beausire David

Médecine Générale

Rhazelovitch @Rhazelovitch

Urgences

Taïb Simon

Psychiatre

Durand Marc

Médecine Générale

Marie Mizzi

Pédiatre

Texier Julien

Anesthésie-Réanimation

Khemili Mohamed

Médecine Générale

Azoyan Loris

Médecine Interne

Fauguet Lucile

Médecine Générale

Billot Ségolène

Neurologie

Marsan Stéphanie

Médecine Générale

M @Marcelestene

Médecine Générale

Sagot Edouard

Médecine Générale

Tintignac Vincent

Endocrinologie

Favre Jonathan

Médecine Générale

Wargon Mathias

Urgences

docblondie @docblondie94

Médecine Générale

Besson Delphine

Médecine Générale

Slitine Lamia

Rhumatologie

docDBR @Tianbrone

Médecine Générale

Bulles de savon @bulles_savon

Gériatre

Marche Clément

Médecine Générale

boitasavon@boitasavon

Médecine Intensive - Réanimation

Lizy @Pucinelle

Médecine Générale

Hegron Maeva

Médecine Générale

Lambert Clotilde

Médecine Générale

Loez François

Médecine Générale

Lagneau Marion

Gastroentérologie

Puszkarek Thibault

Médecine Générale

tarzoon @letarzoon

Nephrologie

JeeP @zeJeeP_

Médecine Vasculaire

Groell Nicolas

Médecine Générale

Dr Kawai @Dr_Kawai

Médecine Générale

Bacquet Maxime

Pédiatrie

Tassin Isabelle

Médecine Générale

Champomier Claire

Médecine Générale

Docteur Lilie@DocLilie

Médecine Générale

CoVerSyl @Monparnal

Cardiologie

doc pepito @_pepite

medecin generaliste

Gazengel Mathieu

Generaliste

Simon Marc

Médecine Générale

Bonnefoy Germain

Médecine Générale

Jorda Michel

Médecine Générale, Urgence, Sexologie

d'Ailleres Gaëtan

Médecine Générale

Martin Francis

Pneumologie

Durliat Igor

Médecine Générale

ElliotReid@nicegyneco

Gynécologue médicale

DocAdrénaline@DocAdrénaline

Urgences

Soetaert Sammie

Médecine du Travail

Michaël @MimiRyudo

Médecine Générale

Durando Xavier

Oncologie - PUPH

Moreau Anne-Claire

Médecine Générale

Perrin-Froidurot Maelle

Médecine Générale

Blondet Alexandre

Radiologie

Firas Mousatat

Pedopsychiatre

docadoct@docadoct

Médecin du Travail

Woessner Juliette

Médecine Interne

Disciple_Neuro@Disciple_Neuro

Neurologie

Landrin Térence

Médecine Générale

Richeboeuf Bernard

Urologie

Petit Benjamin

Médecine Générale

DocTheryon@DocThery

Médecine Générale, chef de clinique

 

Vignette
Vignette

Médecins, faut-il signer l'accord conventionnel proposé par la Cnam?

Lilia Boyeldieu

Lilia Boyeldieu

Non

Convention inacceptable sur le plan déontologique avec financiarisation des décisions médicales. Dégradation de la qualité des soi... Lire plus

0 commentaire
1 débatteur en ligne1 en ligne





La sélection de la rédaction

Podcast Vie de famille
Jumelles et médecins généralistes : "L'idée, c'était d'avancer ensemble"
15/04/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
1
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
2
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17