"Nous allons devoir sacrifier de notre temps familial pour être présents" : l’appel du président de l’Ordre aux médecins

17/12/2021 Par Louise Claereboudt
Dans une vidéo publiée ce jeudi 16 décembre, le président du Conseil national de l’Ordre des médecins, le Dr Patrick Bouet, a tenu à apporter son soutien à ses confrères et consœurs qui luttent depuis près de deux ans contre l’épidémie de Covid-19. En pleine 5e vague, il les appelle à poursuivre leur engagement, afin "d’assurer la permanence et la continuité des soins".

A une semaine de Noël, la tension pèse sur les services hospitaliers avec une hausse fulgurante du nombre de cas de Covid-19 depuis ces derniers jours (60.866 nouveaux cas enregistrés ce jeudi selon Santé publique France). Le Gouvernement appelle de fait l’ensemble des concitoyens qui n’auraient pas encore reçu leur dose de vaccin à se rendre dans les centres de vaccination, les cabinets médicaux ou les pharmacies pour le recevoir. Et espère en parallèle atteindre 20 millions de rappel administrés d’ici le 25 décembre. Un cap qui devrait pouvoir être franchi, selon Olivier Véran, alors que la vaccination des 5-11 ans s’est ouverte mercredi. Face à une 5e vague qui épuise plus encore les soignants, déjà éprouvés par deux années de lutte avec, parfois, un sentiment de manque de reconnaissance, le président de l’Ordre des médecins a tenu à adresser un message de soutien à tous les praticiens dans une vidéo. "Mes chers confrères et consœurs, cette fin d’année 2021 ressemble pour beaucoup à celle de l’année 2020. La Covid, dans ses variantes Delta et Omicron, frappe durement notre pays et nos concitoyens, tout autant qu’elle frappe notre profession dans toutes ses formes d’exercice", a déploré d’emblée le Dr Patrick Bouet.     Une situation particulièrement tendue, d’autant que la grippe, la gastro-entérite et les virus respiratoire syncytial (VRS) sévissent eux-aussi cet hiver avec la baisse du respect des gestes barrières. "Une fois de plus, la réponse à cette conjonction épidémique va reposer sur la mobilisation des médecins et au-delà, des autres professionnels de santé", a-t-il déclaré, appelant les praticiens à "poursuivre et amplifier" la vaccination de leurs patients. D’autant que seuls les médecins (et les infirmières) pourront, dans un premier temps, vacciner les enfants.

"Nous allons devoir, dans une période où comme tous les Français nous aspirons à nous retrouver avec les nôtres, assurer la permanence des soins, la continuité des soins dans tous les exercices et sacrifier de notre temps familial pour être présents" malgré l’épuisement, le découragement et la colère, a expliqué le Dr Bouet. "Ne laissons pas ceux qui, bien à l’abri, jugent les professionnels et appellent à mettre en œuvre des mesures coercitives tant en ambulatoire qu’à l’hôpital, la faciliter de chercher ailleurs les responsabilités qui leur incombent", a-t-il ajouté, taclant au passage les propositions faites récemment par le président de la FHF, Frédéric Valletoux (le report des congés des libéraux, le retour de la PDSa obligatoire…), qui ont suscité le haro des libéraux. "Nous savons où est notre devoir, il est près des patients et des familles qui souffrent, et n’avons nul besoin qu’on nous le rappelle." "Depuis décembre 2019, nous sommes là et n’avons jamais manqué à nos patients", a-t-il dit, soulignant avec fierté la coopération hospitaliers, salariés et libéraux durant la crise. "Comme vous, vos élus seront sur le terrain durant cette période, à vos côtés, pour la sécurité de nos patients." "Dans ce tumulte médical", le président de l’Ordre a souhaité à l’ensemble des médecins de "trouver du réconfort auprès des vôtres". "Je sais que vous serez une fois de plus au rendez-vous." Sur les réseaux sociaux, nombre de médecins ont témoigné de leur agacement vis-à-vis de ce message. "Alors juste non, jamais je ne sacrifierai mon temps familial", répond un praticien qui travaille aux urgences. "Non Patrick, au bout de 2 années dans la lessiveuse, on ne demande pas de sacrifier ce qui fait sens dans la vie des médecins. Surtout lorsque tout le reste se délite. Avec la certitude que rien ne sera mis en place par l'Ordre pour rattraper ceux qui s'y briseront", estime un autre praticien. "Combien de suicides de médecins vous faut-il encore ?" s’interroge un internaute, déplorant l’inaction de l’instance. "Non, j’en ai marre, je ferme", lâche un MG libéral.  

 
Vignette
Vignette

G à 30 euros : médecins, allez-vous anticiper l'augmentation tarifaire ?

Thomas Grenier

Thomas Grenier

Oui

25 euros de 2017 = 30 euros en 2024. Juste un rattrapage de l’inflation après des années de paupérisation. Rien de prévu pour les ... Lire plus

0 commentaire
6 débatteurs en ligne6 en ligne





La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17