"Si les généralistes passaient de 1000 à 1200 patients, ça règlerait le problème" : l'enjeu des futures négos selon le DG de la Cnam | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

"Si les généralistes passaient de 1000 à 1200 patients, ça règlerait le problème" : l'enjeu des futures négos selon le DG de la Cnam

Alors que les négociations conventionnelles devraient s'ouvrir avant la fin de l'année, le directeur de l'Assurance-maladie a dévoilé, dans un entretien au Figaro, ses priorités pour réussir la transformation du système de santé.

 

"La priorité est de redonner du temps médical aux médecins. Il n’est pas question de les faire travailler davantage, mais dans de meilleures conditions en s’entourant d’une équipe, et qu’ils puissent suivre davantage de patients", a indiqué Thomas Fatôme, DG de l’Assurance-maladie depuis mi-2020, en amont des prochaines négociations conventionnelles dans le Figaro. "Si les généralistes passaient de 1.000 à 1.200 patients suivis en moyenne, cela réglerait le problème des assurés qui ne trouvent pas de médecin traitant", a-t-il calculé.

Le directeur de l'Assurance-maladie s'est félicité du succès des assistants médicaux et mise sur un premier objectif de 4.000 postes d'ici la fin de l'année, tout en indiquant "vouloir aller plus loin". Pour motiver les praticien hésitants, Thomas Fatôme se dit "prêts à modifier le niveau de l’aide, la durée et les curseurs du dispositif".

Quant à l'épineuse question d'une revalorisation des honoraires médicaux, le directeur se dit "prêts à travailler à une convention très ambitieuse", tout en respectant le cadre fixé par l'Ondam.

Avec le développement des téléconsultations, les nouveaux usages numériques feront partie intégrante de la prochaine convention. Pour éviter les dérives liées aux téléconsultations, Thomas Fatôme propose "que les arrêts de travail indemnisés ne puissent être délivrés en téléconsultation que par le médecin traitant". Un cahier des charges devra être défini et l'Assurance-maladie prévoit déjà de développer "l’e-prescription, obligatoire d’ici fin 2024, qui permettra grâce à des ordonnances dotées d’un QR Code d’améliorer la traçabilité et d’éviter les arnaques".

[Avec lefigaro.fr]

70 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

Aujourd'hui dans l'actu

Gestion du cabinet

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…