Les numéros 118 tirent profit de la crise, pointe l’UFC-Que Choisir

23/11/2020 Par L. C.
Patients
Selon l’UFC-Que Choisir, plusieurs malades se seraient vu facturer des sommes exorbitantes après avoir appelé les services de renseignements téléphoniques, ces numéros commençant par 118, pour trouver un médecin de garde.
 

C’est un business qui ne connaît pas la crise. Dans un article publié le 12 novembre, l’association de défense des consommateurs assure que plusieurs malades ont dû “payer des factures de téléphone exorbitantes après avoir contacté un service téléphonique” qui devait les mettre en lien avec un médecin de garde. C’est le cas notamment de Yannick, qui témoigne auprès de l’UFC-Que Choisir de son amertume face à la facture salée qu’il a reçu après que sa femme, fiévreuse, a contacté un dimanche le numéro 118418 afin de trouver un médecin de garde. Sept minutes passées au téléphone avec ce service, qu’elle a trouvé sur internet en cliquant sur l’un des premiers liens, lui auront coûté 25 euros. Tout ça pour que le téléopérateur la redirige vers le secrétariat d’un praticien disponible. Une information qu’elle aurait pu trouver gratuitement d’une autre manière. D’après l’UFC-Que Choisir, qui juge que “les 118 surfent sur la crise sanitaire”, les sociétés privées qui exploitent ces services de renseignement -depuis la disparition du 12 il y a 14 ans- ont créé une multitude de sites web “soigneusement référencés sur les moteurs de recherche”, avec l’objectif d’attirer les consommateurs pour qu’ils utilisent leurs numéros.

Lorsqu’un usager écrit par exemple “médecin de garde” dans son moteur de recherche, les premiers résultats orientent vers les sites “Medecin-de-garde.com”, “Allo-medecin-garde.fr” ou encore “Urgence-medecin-garde.fr”. Tous invitent à composer un numéro 118 pour trouver l’information recherchée. Une pratique pourtant légale, note cependant l’UFC-Que Choisir. Ces numéros 118 peuvent fixer leur prix librement. Le coût de l’appel ne peut toutefois pas excéder 2,99 euros + 2,99 euros la minute. Autre obligation : l’inscription des tarifs à côté du numéro à 6 chiffres. C’est sur ce dernier point que s’insurge particulièrement l’association de consommateurs qui déplore que les sociétés fassent “tout pour que le consommateur ne remarque pas le tarif indiqué ou ne se rende pas compte à quel point il est élevé”. “À aucun moment elles n’indiquent clairement que ce tarif sera appliqué tout au long de la communication, y compris après la mise en relation avec le correspondant demandé”, s’indigne l’UFC-Que Choisir.     [avec UFC-Que Choisir]

Vignette
Vignette

Médecins, faut-il signer l'accord conventionnel proposé par la Cnam?

Thierry Lemoine

Thierry Lemoine

Oui

Il ne faut pas rêver: la très grande majorité des médecins secteur 1 ne se déconventionnera pas ( pour les secteurs 2, la questio... Lire plus

0 commentaire
1 débatteur en ligne1 en ligne





La sélection de la rédaction

Podcast Vie de famille
Jumelles et médecins généralistes : "L'idée, c'était d'avancer ensemble"
15/04/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
1
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
1
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17