Pharmacien

Délégation aux pharmaciens : "Les taux de reconsultation ne semblent ni anormaux ni inquiétants"

En France, les pharmaciens voient peu à peu leurs missions s'élargir. Dans quels pays les pharmaciens exercent-ils déjà de telles fonctions ? Ces prises en charge font-elles l'objet d'évaluations scientifiques ? Garantissent-elles la sécurité des soins ?... Entretien avec Dylan Bonnan, docteur en pharmacie de l’université de Bordeaux, doctorant en pharmacoépidémiologie à l’université de Laval (Québec).

13/05/2024 Par Véronique Hunsinger
Interview Pharmaciens
Pharmacien

Egora : Dans quels pays les pharmaciens exercent-ils déjà de nouvelles missions ?

Dylan Bonnan : Dans la littérature, la prise en charge par les pharmaciens de pathologies bénignes 
est désignée par le concept de minor ailment services (MAS), qui sont apparus au Royaume-Uni au début des années 2000, souvent initialement pour pallier le manque de médecins. Des protocoles ont commencé à y être expérimentés pour des problèmes de santé courants, comme des maux de gorge, des infections urinaires ou des candidoses. Le Canada a suivi, avec des protocoles différents selon les provinces. Par exemple, au Québec, il faut que le médecin ait déjà prescrit un traitement par le passé pour la même pathologie. Le pharmacien peut alors faire un Trod angine pour délivrer un antibiotique. Cela existe aussi en Suisse, sur la base d’arbres décisionnels très bien construits. 
 

Ces prises en charge ont-elles fait l’objet d’évaluations scientifiques a posteriori ?

La première revue systématique sur le Royaume-Uni date de 2013, ce qui commence un peu à dater, car les législations évoluent beaucoup. Au Canada, on voit de premiers essais contrôlés randomisés. En 
France, l’université d’Angers est en train de monter une étude sur la prise en charge des cystites par les pharmaciens. C’est encore balbutiant, mais toutes les données vont dans le même sens, même si elles sont encore de faible qualité, notamment car il est difficile de mettre en place des groupes contrôles. Cependant, partout, les taux de résolution des symptômes sont conformes à ce qu’on attend, donc c’est rassurant sur l’efficacité. 

 

Et la sécurité des soins est-elle assurée ? 

Les taux de reconsultation ne semblent ni anormaux ni inquiétants. Ce serait difficile de comparer avec les taux de reconsultations en médecine générale, car ce sont des prises en charge qui ne sont pas vraiment comparables. L’idéal serait de connaître les taux d’hospitalisation à la suite de ces prises en charge. Mais comme pour ce type de pathologies les hospitalisations sont extrêmement rares, il faudrait avoir des cohortes de patients énormes pour voir quelque chose. 

 

Les MAS permettent-ils de gagner du temps médical ?

Oui, on voit dans la littérature que la prise en charge par les pharmaciens permet de libérer du temps pour les médecins. En revanche, on note aussi que la charge de travail globale des médecins ne diminue pas, car le temps libéré leur permet de voir d’autres patients, notamment pour du suivi. 

 

Comprenez-vous les réticences des médecins ?

Au Québec, je constate que cela fonctionne, car les professionnels se font confiance. C’est normal que cela prenne du temps à s’installer et cela passera certainement par la formation continue en attendant que les nouvelles missions fassent partie de la formation initiale de tous les pharmaciens.

 
Vignette
Vignette

G à 30 euros : médecins, allez-vous anticiper l'augmentation tarifaire ?

Thomas Grenier

Thomas Grenier

Oui

25 euros de 2017 = 30 euros en 2024. Juste un rattrapage de l’inflation après des années de paupérisation. Rien de prévu pour les ... Lire plus

4 commentaires
Photo de profil de B M
4,2 k points
Débatteur Passionné
Médecine générale
il y a 1 mois
c'est fou ce que financiers et politiques arrivent à rentrer dans le crâne des gens, des paramédicaux et commerçants complices, même de ces médecins, qui ne voient pas d'inconvénients à la délégation ...Lire plus
Photo de profil de Fabien Bray
5,3 k points
Débatteur Passionné
Médecins (CNOM)
il y a 1 mois
Encore une fois le problème n'est pas là délégation des tâches, c'est la baisse de notre rémunération horaire. Si on enlève les consultations courtes, alors on doit revaloriser les autres pour mainten...Lire plus
Photo de profil de Patrick Siau
785 points
Débatteur Passionné
Médecine générale
il y a 1 mois
On pourrait expérimenter ce qui se faisait il y a quelques décennies : Le médecin autorisé à avoir sa propre pharmacie dans les zones un peu reculées. Ensuite on interroge les pharmaciens sur qu'il pe...Lire plus

La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17