Ce généraliste peut régler le problème des déserts médicaux en trois mois

03/06/2017 Par Aveline Marques
Démographie médicale

Le Dr Loïc Hervé, exerçant à Malestroit (Morbihan), a entrepris une "démarche citoyenne". Depuis quelques semaines, il adresse une lettre ouverte aux élus de tous bords et aux candidats aux législatives, accompagnée d'un document présentant "trois outils pour régler le problème de la désertification médicale en trois mois".

  "Entre les incitations financières -aux résultats différés et incertains- et la remise en cause de la liberté d'installation -redoutée des jeunes médecins-, il existe d'autres voies", plaide le Dr Hervé, 63 ans, médecin généraliste installé à Malestroit. Ce "médecin de campagne fatigué et exaspéré" approche de la retraite. Mais en tant que citoyen, il n'en est pas moins concerné par la problématique de la désertification médicale. C'est pourquoi, tel un "lanceur d'alerte", il a écrit une lettre ouverte, adressée aux internes en médecine générale, aux médecins généralistes, mais aussi et surtout aux politiques. Des candidats à la présidentielle aux responsables des partis lancés dans la course aux législatives. Le leader des Républicains, François Baroin, lui a d'ores et déjà répondu qu'il allait étudier ses propositions. En substance, le Dr Hervé exhorte les responsables politiques à abandonner toute idée de remise en cause de la liberté d'installation des médecins. "Car comment voulez-vous vous investir et bien soigner les habitants d'un endroit que vous n'avez pas choisi, dans lequel vous n'êtes pas à l'aise", relève-t-il, tout en admettant que les mesures incitatives, qu'il trouve injustes vis-à-vis des autres professions, ont échoué. "Il s'agit simplement d'installer des moyens de santé publique là où la médecine libérale ne peut ou ne veut se maintenir", souligne-t-il. Pour cela, il présente trois outils. Le premier est "un service de renfort médical", composé par les internes en médecine générale, d'une durée de "six mois". "Placée tôt dans le déroulement de la carrière professionnelle des médecins, cette obligation ne devrait pas perturber les projets de vie personnels des jeunes consœurs et confrères", estime-t-il. Un service rendu au terme duquel le médecin diplômé pourrait jouir d'une liberté d'installation bien méritée. Deuxième outil, "les cabinets médicaux provisoires". Un "prototype" est justement expérimenté à Malestroit : suite au départ précipité d'un médecin, cinq médecins retraités de la commune ont repris du service en tant que "collaborateurs salariés" du Dr Hervé. Une solution provisoire en cas de "défaillance brutale" d'un médecin. Troisième outil, "le service de santé rurale et des zones sensibles", dont la mission serait de "satisfaire définitivement la demande des soins de premiers recours des habitants des zones de moindre attractivité pour la médecine libérale". Dans chaque département, il serait composé de 5 médecins salariés fonctionnaires ou contractuels chargés de l'encadrement, d'internes de santé publique, de MG ou de médecins militaires en reconversion, ainsi que de professionnels paramédicaux et de secrétaires. Ces professionnels exerceraient en dispensaire ou en cabinet médical mobile installé à bord d'un camion.

Approuvez-vous la proposition de l'Assurance maladie de dérembourser les prescriptions des médecins déconventionnés ?

Valérie Briole

Valérie Briole

Non

Comment les patients qui cotisent à la sécurité sociale et à leur mutuelle de façon obligatoire, vont accepter de ne percevoir en ... Lire plus

0 commentaire





 
Vignette
Vignette

La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17