Le ronflement est peu prédictif d’un syndrome d’apnées obstructives du sommeil chez un patient dont l’IMC est inférieur à 30 | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Le ronflement est peu prédictif d’un syndrome d’apnées obstructives du sommeil chez un patient dont l’IMC est inférieur à 30

Le syndrome d’apnées obstructives du sommeil (SAOS) est responsable d’une somnolence durant la journée ; la fréquence de ce syndrome en fait un véritable problème de santé publique, à la fois par l’accidentologie qu’il occasionne (accidents de la voie publique notamment) mais aussi par ses complications cardiovasculaires. Avant d’adresser le patient soupçonné d’avoir un SAOS pour un examen qui affirmera le diagnostic, autrement dit un examen polysomnographique dont la disponibilité est souvent insuffisante, l’examen clinique et, en particulier, l’interrogatoire, semblent importants pour estimer la probabilité de SAOS. Néanmoins, les données...

L’accès à la totalité de l’article
est réservé aux professionnels de santé.

Vous êtes professionnel de santé ? Rejoignez-nous !
Décryptez Commentez

Inscrivez-vous
gratuitement

Créer un compte

Déjà inscrit ?

Système d'authentification des professionnels de santé

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…