Obligation vaccinale : l'impact sur la couverture vaccinale pas clairement démontré | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Obligation vaccinale : l'impact sur la couverture vaccinale pas clairement démontré

Une mise au point de l'Inserm confirme l’efficacité et l’innocuité des 11 vaccins qui seront obligatoires à partir de 2018. Mais ce rapport souligne aussi les divergences entre pays européens sur l’obligation vaccinale, ainsi que l’absence d’homogénéité dans les études d’impact de cette mesure.

Une étude montrait récemment que la France est un des pays au monde où la défiance vaccinale est la plus importante. Et force est de constater que l’extension de l’obligation vaccinale, qui prendra effet le 1er janvier 2018, continue de provoquer des débats qui sont souvent attisés par un manque d’information. C’est pourquoi l'Inserm a souhaité apporter un regard scientifique, basé sur l’analyse de la littérature sur ce sujet.

Tout d’abord, les auteurs de cette mise au point qui vient d’être publiée, concluent que l’efficacité et l’innocuité des 11 vaccins qui deviendront obligatoires sont prouvées scientifiquement. Ainsi, l’efficacité a été estimée à plus de 90% pour chacun des 11 vaccins obligatoires. "Les effets indésirables, quand ils existent, sont généralement mineurs et de courte durée", ajoute l’Inserm. Il s’agit dans la grande majorité des cas de réaction au site d’injection, ou d’effets généraux de courte durée. Des réactions allergiques graves existent, mais elles sont "extrêmement rares" (< 1 cas sur 450 000 vaccinés). Et concernant les autres effets indésirables rapportés par les opposants à la vaccination, ils sont "scientifiquement infondés", affirment les auteurs. Ces derniers éliminent, en particulier, le risque d’autisme lié aux vaccins, en précisant qu’il "est avéré que l’étude suggérant un lien entre vaccination ROR et autisme était une fraude scientifique". Ils sont aussi totalement rassurants sur les risques de sclérose en plaque ou autres maladies auto-immunes. Et concernant la suspicion de toxicité des adjuvants, ils soulignent que, "au vu des données disponibles à ce jour à l’échelle internationale, avec un recul d’utilisation de 90 ans et des centaines de millions de doses injectées, l’innocuité des sels d’aluminium contenus dans les vaccins ne peut être remise en cause".

Pour eux, l’analyse indépendante "n’a pas permis à ce jour de démontrer l’existence d’un lien"  entre myofasciite à macrophages au site d’injection et symptômes chroniques. Les auteurs de l’Inserm affirment aussi les bénéfices des vaccins combinés en soulignant que "les arguments développés par les lobbys anti-vaccins et qui prétendent que les vaccins combinés provoquent un "épuisement du système immunitaire" ne reposent sur aucune base...

Sources : 

Inserm, 18 décembre 2017

3 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…