La place grandissante des inhibiteurs de JAK | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

La place grandissante des inhibiteurs de JAK

La place grandissante des inhibiteurs de JAK
Ces nouvelles molécules se développent notamment dans le psoriasis, la dermatite atopique, la pelade et le vitiligo. Egora : Quelles pourraient être les indications des inhibiteurs de Janus kinase (JAK) en dermatologie ? Pr Julien Seneschal : Actuellement, quatre maladies inflammatoires chroniques cutanées sont principalement concernées par cette classe thérapeutique : le psoriasis, la dermatite atopique, le vitiligo et la pelade. Des études sont également conduites pour traiter la composante cutanée d’affections à composante systémique comme le lupus. Quel est le mécanisme d’action des inhibiteurs de JAK dans ces affections...

L’accès à la totalité de l’article
est réservé aux professionnels de santé.

Vous êtes professionnel de santé ? Rejoignez-nous !
Décryptez Commentez

Inscrivez-vous
gratuitement

Créer un compte

Déjà inscrit ?

Système d'authentification des professionnels de santé

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…