Après 74 ans et en l’absence de diabète, pas d’efficacité des statines en prévention cardiovasculaire primaire | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Après 74 ans et en l’absence de diabète, pas d’efficacité des statines en prévention cardiovasculaire primaire

Afin de savoir si le traitement par statines est associé à une réduction des maladies cardiovasculaires athéroscléreuses et de la mortalité chez les sujets âgés et très âgés ayant ou non un diabète, une étude de cohorte rétrospective a été mise en place à partir de données de Soins Primaires en Catalogne (Espagne), entre 2006 et 2015.

46 864 sujets de plus de 75 ans, sans pathologie cardiovasculaire athéroscléreuse connue ont participé à cette étude. Ils ont été stratifiés en fonction de la présence ou non d’un diabète de type 2 et de l’utilisation ou non de statines. L’âge moyen de la cohorte était de 77 ans, dont 63 % de femmes. Le suivi médian a été de 5.6 années.

Chez les sujets non diabétiques, le hazard ratio pour l’utilisation de statines chez les sujets âgés de 75 à 84 ans était de 0.94 (IC 95 % = 0.86 à 1.04) pour les maladies cardiovasculaires athéroscléreuses et de 0.98 (0.91 à 1.05) pour la mortalité globale. Chez les non diabétiques âgés de plus de 85 ans, le hazard ratio était de 93 (0.82 à 1.06) pour les événements cardiovasculaires et de 0.97 (0.90 à 1.05) pour la mortalité globale.

Chez les diabétiques, le hazard ratio pour l’utilisation de statines chez les sujets âgés de 75 à 84 ans était de 0.76 (0.65 à 0.89) pour les événements cardiovasculaires et de 0.84 (0.75 à 0.94) pour la mortalité globale. Chez les diabétiques de plus de 85 ans, il était de 0.82 (0.53 à 1.26) pour la pathologie cardiovasculaire et de 1.05 (0.86 à 1.28) pour la mortalité globale. De même, l’analyse de l’effet de l’âge corroborait l’absence de bénéfice des statines pour les maladies cardiovasculaires athéroscléreuses et la mortalité globale chez les participants sans diabète âgés de plus de 74 ans. Chez les diabétiques, les statines avaient un effet protecteur sur les maladies cardiovasculaires et sur la mortalité globale mais cet effet était réduit de manière substantielle au-delà de l’âge de 85 ans et disparaissait chez les nonagénaires.

En conclusion, chez les participants de plus de 74 ans sans diabète de type 2, le traitement par statines n’est pas associé à une réduction des maladies cardiovasculaires ou de la mortalité globale même lorsque l’incidence des pathologies cardiovasculaires est significativement supérieure au seuil de risque proposé pour l’utilisation de statines. En revanche, en cas de diabète, l’utilisation de statines est associée de manière statistiquement significative à une réduction de l’incidence des maladies cardiovasculaires et de la mortalité globale mais cet effet diminue après 85 ans et disparaît après 90 ans.

1 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…