Contrôle de l’HTA : aucune amélioration notable en 10 ans | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Contrôle de l’HTA : aucune amélioration notable en 10 ans

Depuis 2006, parmi les personnes hypertendues traitées, aucune amélioration du contrôle de l’HTA n’est observée et la proportion de femmes traitées a diminué de manière importante.

C’est un constat sévère sur la prise en charge de l’hypertension artérielle (HTA) que dresse le dernier numéro du BEH (n° 10, 24 avril 2018). Depuis 2006, aucune diminution de la prévalence de l’HTA n’a été observée en France, avec toujours un adulte sur trois hypertendu, contrairement à la diminution observée dans la plupart des autres pays. De plus, aucune amélioration du dépistage et de la prise en charge de l’HTA n’a pu être mise en évidence. Plus de la moitié des personnes hypertendues n’ont aucun traitement antihypertenseur. Chez les femmes, la prise en charge thérapeutique s’est même dégradée depuis une dizaine d’années.  Ces mauvais résultats sont issus de l’étude nationale Esteban (Étude de santé sur l’environnement, la biosurveillance, l’activité physique et la nutrition), une enquête transversale menée en France entre 2014 et 2016 auprès d’adultes âgés de 18 à 74 ans.

Cette étude incluait une enquête par questionnaires en face à face, par auto-questionnaires, une enquête alimentaire et la réalisation d’un examen de santé. L’un des objectifs était d’estimer la prévalence de l’HTA en France, son dépistage et sa prise en charge en 2015 et d’en étudier les évolutions depuis l’Etude nationale nutrition santé (ENNS) de 2006. La pression artérielle (PA) était mesurée lors de l’examen de santé, réalisé dans un centre d’examen de santé ou à domicile.

Parmi les 3 021 adultes ayant réalisé la première visite à domicile, 2 169 ont été inclus dans l’analyse de la pression artérielle (974 hommes et 1 195 femmes). L’âge moyen des personnes incluses était de 46,9 ans (47,2 chez les hommes et 46,6 chez les femmes).  Plus de 84% des personnes déclaraient avoir eu une mesure de la PA dans l’année précédant l’examen de santé. Cependant, parmi les personnes hypertendues, seule 1 sur 2 avait connaissance de son HTA (55%). Cette proportion était plus importante chez les femmes (62,9%) que chez les hommes (50,1%). Parmi les personnes hypertendues déclarant avoir connaissance de leur HTA, près de 30% n’étaient pas traitées par un médicament...

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…