Risque augmenté de cancer du sein chez les transgenres | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Risque augmenté de cancer du sein chez les transgenres

Afin d’induire les changements physiques souhaités, les personnes transgenres prennent des stéroïdes sexuels. La prise exogène de ces stéroïdes sexuels influence-t-elle, chez ces sujets, le risque de cancer du sein ?

Les données sur ce sujet étant actuellement limitées, une étude de cohorte rétrospective et nationale dont l’objectif était d’étudier l'incidence et les caractéristiques du cancer du sein chez les personnes transgenres par rapport à la population générale a été mise en place aux Pays-Bas. L’étude a été menée dans un centre spécialisé dans la prise en charge des transgenres, à Amsterdam, auprès de 2260 femmes transsexuels adultes (sexe masculin attribué à la naissance, identité de genre féminine) et 1229 hommes transsexuels adultes (sexe féminin attribué à la naissance, identité de genre masculine) ayant reçu un traitement hormonal. Le suivi a porté sur 33 991 sujets x ans pour les femmes trans et 14 883 sujets x ans pour les hommes trans.

Sur les 2 260 femmes trans, 15 cas de cancers du sein invasifs ont été identifiés (durée médiane du traitement hormonal 18 ans, extrêmes 7-37 ans). Ce taux était 46 fois supérieur à celui des hommes cisgenres (taux d'incidence standardisé = 46,7; IC 95 %: 27,2 à 75,4), mais il était inférieur à celui des femmes cisgenres (0,3 ; 0,2 à 0,4). La plupart des tumeurs étaient d'origine canalaire et positifs pour les récepteurs aux œstrogènes et à la progestérone. De plus, 8,3% étaient positifs pour human epidermal growth factor receptor (HER2). Sur 1229 hommes trans, quatre cas de cancer du sein invasif ont été identifiés (durée médiane du traitement hormonal = 15 ans, extrêmes 2-17 ans). Ce taux était inférieur à ce qui était attendu chez les femmes cisgenres (taux d'incidence standardisé = 0,2 ;0,1 à 0,5).

Cette étude met donc en évidence une augmentation du risque de cancer du sein chez les femmes transsexuelles par rapport aux hommes cisgenres et un risque moins élevé chez les hommes transsexuels que chez les femmes cisgenres. Chez les femmes trans, le risque de cancer du sein a augmenté après une période relativement courte de traitement hormonal et les caractéristiques du cancer du sein ressemblent davantage à ce qu’on voit chez la femme. Les recommandations habituelles pour le dépistage du cancer du sein sont donc suffisantes chez les personnes transgenres utilisant un traitement hormonal.

Sources : 

De Blok
CJM et al. Breast cancer risk in transgender people receiving hormone treatment: nationwide cohort study in the Netherlands. BMJ 2019;365:l1652.
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/31088823

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…