Rachialgies : opioïdes, thérapies manuelles… ces traitements qui font débat

25/01/2024 Par Caroline Guignot
Rhumatologie 36e Congrès français de rhumatologie
Une récente étude a remis en question la place des opioïdes dans la prise en charge des douleurs du rachis ce qui souligne l’intérêt d’une désescalade thérapeutique. Les thérapies manuelles pourraient avoir une utilité, mais à court terme.

  L’étude Opal publiée il y a quelques mois dans The Lancet (Jones CMP, 22 juillet 2023) a remis en question l’utilisation des opioïdes dans le traitement des lombalgies et cervicalgies aiguës. Dans cette étude, des patients présentant des douleurs modérées ou sévères avaient reçu l'oxycodone-naloxone (jusqu'à 20 mg/jour) ou un placebo, pendant une durée de 6 semaines maximum, en association à une prise en charge non médicamenteuse. Cette étude a conclu à une amélioration supérieure de la douleur et de la qualité de vie dans le bras placebo, et des effets secondaires moins importants. Dans le contexte de crise des opioïdes que traversent aujourd’hui les pays anglosaxons, ces conclusions peuvent toutefois être discutées, car l’étude présente un certain nombre de limitations méthodologiques. Et le fait de généraliser ces conclusions, spécifiques de l'oxycodone-naloxone, à l’ensemble des opioïdes peut questionner. Cette seule étude peut-elle suffire à contrecarrer les conclusions de plusieurs méta-analyses parues ces dernières années, dont la plus importante a regroupé plus de 7 000 participants, et qui avait conclu à une efficacité des opioïdes dans cette indication ? La question n’est plus uniquement médicale. En témoigne, d’ailleurs, les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), publiées depuis : « ce texte se positionne contre plusieurs approches pharmacologiques dont les opioïdes analgésiques, mais pas contre les benzodiazépines, le paracétamol ou le cannabis » a résumé le Dr Florent Bailly (Pitié Salpêtrière, Paris). Les auteurs de cette étude préconisent qu’ils ne soient pas utilisés en routine chez les adultes, mais reconnaît une efficacité faible sur la douleur et la fonction. Ce sont essentiellement les effets secondaires et surtout les éléments autres que les aspects médicaux qui ont conduit les experts de l’OMS à débattre difficilement de cette question avant de trancher sur le fait que les risques sont supérieurs aux bénéfices ». Faciliter la déprescription Afin de mieux conduire la déprescription, ou la désescalade posologique - progressive au-delà de 7 jours d’opioïdes -, l’Australie a établi des recommandations spécifiques (opioiddeprescribingguideline.com) : elles soulignent l’importance de la communication avec le patient et de l’alliance thérapeutique. L’opinion du patient sur les avantages et inconvénients à continuer le traitement, ses attentes, la prise en compte de ses dissonances cognitives sur le sujet sont des éléments utiles pour réussir une telle démarche. Une baisse posologique initiale minime permet aussi d’améliorer son adhésion à la décroissance et de réduire sa peur du sevrage en constatant que cette première étape se passe bien. Et en en cas de signes de sevrage ou de poussée douloureuse, il vaut mieux légèrement réaugmenter la dose de façon temporaire que de rompre cette alliance. Résultats incertains des traitements manuels Globalement, selon la littérature, les manipulations associées à une autre prise en charge donnent des résultats modérés mais constants, tandis qu’une thérapie manuelle isolée a des effets non concluants. Les indications des thérapies manuelles restent limitées aux pathologies articulaires et musculo-squelettiques (tendon, muscle), et ne doivent pas être envisagées pour les aires crâniales et viscérales. Les effets secondaires associés aux manipulations sont à prendre en considération (dissections de l'artère vertébrale, syndrome de Wallenberg, vertiges, hernies discales, névralgies...). Une méta-analyse suggère que les manipulations cervicales ne sont pas plus efficaces qu’une simple mobilisation dans les amplitudes physiologiques, ou que certains traitements de référence ou des approches alternatives. Les recommandations européennes disent que ces manipulations peuvent soulager de façon ponctuelle la lombalgie aigue, et, de façon plus précautionneuse, la lombalgie chronique. L’hétérogénéité des formations et des compétences dans le domaine des traitements manuels complique certainement cette équation et ces conclusions. Par ailleurs, le soulagement temporaire par la manipulation peut conduire les patients à négliger leur rééducation neuromusculaire. Concernant les cervicalgies chroniques, une méta-analyse en réseau indique que peu de traitements, manuels ou autres traitements conservateurs, ont un effet à long terme. S’ils sont intéressants en association par exemple à l'acupuncture, ils ne semblent pas efficaces seuls sur la douleur hormis à court terme, ou sur la fonction. Dans la lombalgie chronique, les techniques manuelles seules ne sont pas non plus efficaces. Pour autant, il existe une variabilité de techniques utilisées et donc des approches personnalisées. Ce qui rend difficile d’obtenir un niveau de preuve suffisant.     Au programme de ce dossier :

     

Approuvez-vous la proposition de l'Assurance maladie de dérembourser les prescriptions des médecins déconventionnés ?

Jean-Marc Juvanon

Jean-Marc Juvanon

Non

Il est évident que le "consentement à l'impôt", en l'occurrence les cotisations sociales obligatoires, va etre remis en cause. En ... Lire plus

24 commentaires
12 débatteurs en ligne12 en ligne
Photo de profil de Jean Lecacheux
136 points
Médecine physique et de réadaptation
il y a 6 mois
La Société Française de Médecine Manuelle et Ostéopathie vient d'obtenir de s'intituler désormais Société Française de Médecine Manuelle et Ostéopathie Médicale. Il est évident qu'une thérapie, quelle...Lire plus
Photo de profil de Christophe Cadot-Burillet
109 points
Masseurs Kinésithérapeutes
il y a 6 mois
il ne faut pas insulter le bon sens ou l'intelligence du patient, si la manipulation vertébrale était sans effet, il n'y aurait guère d'adeptes dolents... le soulagement quasi immédiat est un fait, qu...Lire plus
Photo de profil de Bougrain  Belapart
396 points
Masseurs Kinésithérapeutes
il y a 6 mois
La thérapie manuelle… les manipulations de type ostéopathique quoi. Heu, la kinésithérapie tout simplement est un excellent traitement immédiat et de fond pour soulager et éduquer le patient à ce qui ...Lire plus
 
Vignette
Vignette

La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17