Vers une "révolution" en cancérologie, grâce à la radiothérapie flash

05/12/2022 Par Marielle Ammouche
Cancérologie
C’est, selon les dires du Pr Philippe Eckert, directeur général du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV, Lausanne), « un saut quantique », capable de transformer radicalement la prise en charge des patients atteints de cancers. C’est ainsi qu’il a qualifié la radiothérapie Flash, à l’occasion de la signature, entre ce centre hospitalier, le Conseil européen pour la recherche nucléaire (Cern) et la société Theryq (groupe Alcen), d’un accord visant à développer un dispositif de cette technologie innovante.

  Selon le communiqué qui accompagnait l’événement, il s’agit là d’un outil « révolutionnaire » qui est basé sur l’utilisation des électrons de très haute énergie (VHEE – Very High Energy Electrons), pour traiter les cancers résistant aux thérapies classiques. Cette méthode permet de réduire fortement les effets secondaires liés à la radiothérapie. Un premier exemple de ce dispositif, qui repose sur les technologies du Cern, va ainsi être installé au CHUV. « Aujourd'hui, cet accord tripartite représente un grand pas en avant. Il porte sur le développement, la planification, la conformité d’un point de vue réglementaire et la construction du premier dispositif de radiothérapie au monde capable de traiter des tumeurs importantes et profondes à l'aide de la technique Flash » précise le Cern, dans son communiqué. La technique Flash utilise des faisceaux d'électrons de très haute énergie, c’est-à-dire de 100 à 200 MeV, ce qui permet d’atteindre des tumeurs jusqu'à 20 cm de profondeur. Ils peuvent être focalisés et orientés « avec une précision presque impossible à obtenir avec des rayons X ». Cette technologie possède, en outre, l’avantage d’être compacte, donc facilement implantable dans les centres hospitaliers. Et elle pourrait aussi « potentiellement réduire le coût des traitements » étant, par exemple, beaucoup moins couteuse que la protonthérapie. « La technologie FLASH représente un réel espoir pour augmenter le potentiel de guérison des cancers par la radiothérapie, et l'étape actuelle permettra des premiers développements cliniques cruciaux dans ce domaine » a souligné le Pr Jean Bourhis, chef du Département de Radio-oncologie au CHUV. Mais, même si les espoirs sont grands, nous n’en sommes encore qu’aux débuts. Il faudra attendre 2 ans pour la mise en route de cet outil ; les premiers essais cliniques étant prévus pour 2025.   

Approuvez-vous la proposition de l'Assurance maladie de dérembourser les prescriptions des médecins déconventionnés ?

Jean-Marc Juvanon

Jean-Marc Juvanon

Non

Il est évident que le "consentement à l'impôt", en l'occurrence les cotisations sociales obligatoires, va etre remis en cause. En ... Lire plus

0 commentaire
13 débatteurs en ligne13 en ligne





 
Vignette
Vignette

La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17