Vaccination contre le HPV au collège : quid de la décision médicale partagée ?

28/06/2023 Par Marielle Ammouche
Gynécologie-Obstétrique
Si le Collège national des généralistes enseignants (CNGE) souligne l’efficacité et la sécurité d’emploi – prouvées dans de nombreuses études nationales et internationales - des vaccins contre les infections à papillomavirus, il émet quelques doutes concernant l’impact de la vaccination au collège sur la couverture vaccinale (actuellement de 41,5% chez les filles pour un schéma vaccinal complet), du fait de l’absence de discussion préalable à la vaccination avec un professionnel de santé.
 

Ainsi, dans un avis, daté du 27 juin, le Conseil scientifique (CS) du CNGE, s’interroge sur le risque lié à l’absence de décision médicale partagée. Il souligne l’importance actuelle de l’hésitation vaccinale dont les causes sont multiples et concernent, en particulier, le manque et de l’inadéquation des informations sur le sujet, des craintes sur la sécurité du vaccin, une inquiétude sur ses effets indésirables potentiels, ainsi qu’une méfiance à l’égard des autorités sanitaires, des professionnels de santé et des nouveaux vaccins. Dans ce contexte, le CS du CNGE « s’interroge sur le bien-fondé des interventions visant à augmenter la couverture vaccinale sans prise en compte de la décision médicale partagée avec un professionnel de santé ». Il regrette l’absence d’« information claire, loyale, complète et adaptée » dans ce cadre. De fait, cette campagne ne permettra pas de discussion avec les adolescents et leurs parents, qui pourrait permettre d’expliquer la vaccination, et de répondre à d’éventuelles réserves vis à vis des vaccins. Le CS souligne, en outre, que « l’objectif d’une couverture vaccinale de 80% n’est pas basée sur un indicateur médical ou médico-économique, mais sur le niveau de couverture vaccinale d’autres pays européens aux cultures et système de santé différents ».« Dans le respect d’une approche centrée patient, un temps entre l’information (initiée éventuellement en milieu scolaire) et la vaccination doit être respecté. L'utilisation d’outils d’aide à la décision partagée accompagnée par un professionnel de santé, comme celui créé dans le cadre de l’étude PrevHPV, est souhaitable », ajoute le CS. Selon un infirmier scolaire d’un collège de Seine-Saint-Denis, en effet, « on risque de fournir beaucoup d’énergie et de moyens pour de faibles résultats, comme cela a l’a été pour la campagne de vaccination Covid ».

Vignette
Vignette

Médecins, faut-il signer l'accord conventionnel proposé par la Cnam?

Thierry Lemoine

Thierry Lemoine

Oui

Il ne faut pas rêver: la très grande majorité des médecins secteur 1 ne se déconventionnera pas ( pour les secteurs 2, la questio... Lire plus

0 commentaire
24 débatteurs en ligne24 en ligne





La sélection de la rédaction

Podcast Vie de famille
Jumelles et médecins généralistes : "L'idée, c'était d'avancer ensemble"
15/04/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
1
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
1
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17