Le syndrome des ovaires polykystiques, via l’obésité et le syndrome métabolique, est associé aux maladies cardiovasculaires

25/07/2023 Par Pr Philippe Chanson
Endocrinologie-Métabolisme
Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) est une pathologie complexe caractérisée par toute une série de symptômes en lien avec la dysovulation et la surproduction d’androgènes. Alors que le SOPK est associé à de nombreux facteurs de risque cardiovasculaire, l’association entre le SOPK et différents types d’événements cardiovasculaires est moins clairement établie par les études réalisées jusqu’à maintenant.

Afin de préciser cette association SOPK/complications cardiovasculaires, l’analyse d’une base de données a été menée auprès de femmes âgées de 15 à 65 ans hospitalisées. Sur le nombre total d’hospitalisations, 13 896 avaient un diagnostic de SOPK. Le SOPK était associé à la plupart des complications cardiovasculaires, en particulier un critère composite cardiovasculaire (odds ratio ajusté -ORa- = 1.73 ; IC 95 % = 1.55 – 1.93 ; p < 0.001). Il était aussi associé aux événements cardiovasculaires majeurs (ORa = 1.31 ; 1.21 – 1.53 ; p < 0.001), aux maladies coronariennes (ORa = 1.65 ; 1.35 – 2.01 ; p < 0.001), aux AVC (ORa = 1.46 ; 1.08 – 1.98 ; p = 0.014), à l’insuffisance cardiaque (ORa = 1.30 ; 1.07 – 1.57 ; p = 0.007), à la fibrillation auriculaire et à l’arythmie (ORa = 2.2 ; 1.89 – 2.57 ; p < 0.001) et au cœur pulmonaire (ORa = 1.58 ; 1.23 – 2.03 ; p < 0.001) chez les femmes hospitalisées âgées de moins de 40 ans. Toutefois les associations entre le SOPK et les complications cardiovasculaires étaient médiées par l’obésité et le syndrome métabolique. En conclusion, le syndrome des ovaires polykystiques est donc bien associé aux événements cardiovasculaires et l’association est médiée par l’obésité et le syndrome métabolique, particulièrement chez les femmes hospitalisées âgées de moins de 40 ans aux Etats Unis.

Vignette
Vignette

Médecins, faut-il signer l'accord conventionnel proposé par la Cnam?

Thierry Lemoine

Thierry Lemoine

Oui

Il ne faut pas rêver: la très grande majorité des médecins secteur 1 ne se déconventionnera pas ( pour les secteurs 2, la questio... Lire plus

0 commentaire
4 débatteurs en ligne4 en ligne





La sélection de la rédaction

Podcast Vie de famille
Jumelles et médecins généralistes : "L'idée, c'était d'avancer ensemble"
15/04/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
1
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
1
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17