L’azithromycine : une piste prometteuse selon des médecins français

15/04/2020 Par Marielle Ammouche
Infectiologie
Trois médecins généralistes de la région Grand Est affirment avoir mis le doigt sur une piste thérapeutique efficace contre le Covid-19. Leurs travaux sont uniquement empiriques. Mais selon eux, les résultats sont positifs.
 

C’est l’histoire de trois médecins généralistes qui partagent leur expérience face au Covid-19 sur un groupe facebook, évoquant les traitements envisageables. Selon le Parisien, qui relate cette information, le trio a alors eu l’idée, suite aux publications du Pr Raoult sur son protocole hydroxychloroquine-azithromycine, de tester l’azithromycine. En effet, en tant que médecins généralistes de ville, ils ne peuvent prescrire l’hydroxychloroquine contre le Covid. « C'est très empirique, nous explique le Dr Gastaldi (Morhange, Moselle), l’un des 3 médecins généralistes. […] on s'est demandé si l'azithromycine ne pourrait pas être la base du traitement. D'autant qu'on s'aperçoit que l'hydroxychloroquine n'est pas si miraculeuse que ça. L'azithromycine a l'avantage d'être un antibiotique, mais d'avoir aussi une action sur les virus et une activité anti-inflammatoire sur le parenchyme pulmonaire» relate le journal. De manière toujours très empirique, ils y ont associé du zinc est (2 gélules d'Effizinc, du Singulair, pour son rôle d'anti-inflammatoire, et de l'héparine à faible dose, pour les forme sévère. Ils insistent par ailleurs sur la nécessité de commencer ce protocole dès l’apparition des premiers symptômes.

Depuis quelques semaines, ils prescrivent ce cocktail à tous les patients qui se présentent à leur consultation avec des symptômes, qui ne sont donc pas confirmés sur le plan virologique. « Pour ma part, cela représente plus de 200 patients, détaille le Dr Castaldi. J'ai eu seulement deux cas graves nécessitant une hospitalisation et qui sont sortis depuis ». Son confrère, le Dr Erbstein (Créhange, Moselle), a lui déploré six décès depuis le début de l'épidémie dans sa patientèle notamment composée d'anciens mineurs, expliquait-il dans l'Est Républicain. Mais, « depuis quinze jours que j'expérimente cette formule, je n'ai plus ni décès ni hospitalisation». Les trois praticiens ont conscience des limites de leurs données. «Ce n'est pas du tout notre rôle d'entrer dans un protocole de validation par les autorités, estime le Dr Castaldi. Je vais vous dire, les études qui vont nous donner des résultats dans six mois, quand l'épidémie sera terminée, je m'en moque. Ce qui m'intéresse, ce sont mes patients. Forcément, cela rentrera dans un protocole à un moment donné, en revenant aux oreilles de spécialistes, mais il faut qu'on soit humbles. On est en Lorraine, en Moselle, dans le Nord, on essaie de faire notre boulot le mieux possible, pour qu'il y ait le moins de morts possible ».    

Approuvez-vous la proposition de l'Assurance maladie de dérembourser les prescriptions des médecins déconventionnés ?

Valérie Briole

Valérie Briole

Non

Comment les patients qui cotisent à la sécurité sociale et à leur mutuelle de façon obligatoire, vont accepter de ne percevoir en ... Lire plus

0 commentaire
33 débatteurs en ligne33 en ligne





 
Vignette
Vignette

La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17