La sévérité du Covid-19 est associée à l’indice de masse corporelle selon une courbe en J

02/06/2021 Par Pr Philippe Chanson
Endocrinologie-Métabolisme
L’obésité, on le sait, est un facteur de risque majeur des complications après infection par le SARS CoV-2.

Une équipe d’épidémiologistes anglais a cherché à mieux préciser cette association en tenant compte des interactions avec les caractéristiques comportementales et démographiques, avec le diabète de type 2 et d’autres maladies. Cette étude de cohorte prospective a reposé sur les données anonymisées de patients entrés dans la base de données Q Research des cabinets de médecine générale en Angleterre. Les données des patients âgés de plus de 20 ans qui étaient enregistrées dans un cabinet de médecine générale et éligibles pour l’inclusion dans la base de données Q Research entre janvier 2020 et avril 2020 et qui avaient des données disponibles sur l’IMC ont été extraites. Les critères de sévérité de la COVID-19 étaient l’admission hospitalière, l’admission en unités de soins intensifs ou le décès dû à la COVID-19. Sur près de 7 millions de sujets d’IMC moyen 26.78 ± 5.59 kg/m2 positifs pour SARS-Cov-2, 13 503 (0.20 %) ont été hospitalisés, 1 601 (0.02 %) ont été admis en unités de soins intensifs et 5 479 (0.08 %) sont décédés. Les auteurs ont trouvé une association suivant une courbe en J entre l’IMC et l’hospitalisation liée à la COVID-19 avec un hazard ratio ajusté de 1.05 (IC 95 % 1.05 – 1.05) par kg/m2 à partir du nadir d’IMC de 23 kg/m2 et une association entre l’IMC et le décès avec un hazard ratio ajusté de 1.04 (1.04 – 1.05). Ils ont trouvé une association linéaire tout au long des valeurs d’IMC entre l’IMC et l’admission en soins intensifs (HR=1.1 ; 1.09 – 1.10) et une interaction significative entre l’IMC, l’âge et l’origine ethnique avec un hazard ratio ajusté/kg/m2 supérieur au-dessus d’un IMC de 23 kg/m2 pour les sujets les plus jeunes (HR ajusté/kg/m2 > 23 kg/m2 pour l’admission hospitalière = 1.09 (1.08 – 1.10) dans le groupe d’âge 20-39 ans en comparaison du groupe d’âge 80-100 ans (HR = 1.01 ; 1 – 1.02) et entre les Noirs et les Blancs (1.07 ; 1.06 – 1.08 vs 1.04 ; 1.04 – 1.05). Le risque d’admissions hospitalières et en unités de soins intensifs du fait de la COVID-19 associé à l’augmentation d’1 unité de l’IMC était légèrement inférieur chez les diabétiques de type 2 hypertendus et ayant une pathologie cardiovasculaire par rapport à ceux qui n’avaient pas ces comorbidités. En conclusion, à un IMC > 23 kg/m2, on constate une augmentation linéaire du risque de COVID-19 sévère conduisant à une admission hospitalière ou au décès et une augmentation linéaire de l’admission en unité de soins intensifs le long des valeurs d’IMC, qui n’est pas attribuable à une augmentation du risque des pathologies associées. Le risque relatif dû à l’augmentation de l’IMC est particulièrement notable chez les moins de 40 ans et chez les sujets Noirs.

 
Vignette
Vignette

G à 30 euros : médecins, allez-vous anticiper l'augmentation tarifaire ?

Avocat  Du Diable

Avocat Du Diable

Non

Même si cette augmentation est justifiée , sur le plan fiscal c'est un massacre = pas d'abattement sur les charges sociales . Vous... Lire plus

0 commentaire
3 débatteurs en ligne3 en ligne





La sélection de la rédaction

Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17