Dépistage du VIH : le Covid laisse encore des traces

29/11/2022 Par Marielle Ammouche
Infectiologie
5,7 millions de sérologies du VIH ont été effectuées dans les laboratoires en 2021, soit une hausse de 8% par rapport à l’année précédente. Cela fait suite à la baisse qui avait été constatée l’année précédente, et qui était liée à l’épidémie de Covid. Ainsi, le nombre de tests avait chuté de 13% entre 2019 et 2020, après six ans de hausse. Cependant, les chiffres n’ont toujours pas atteints ceux d’avant Covid, entrainant une perte de chance pour les sujets qui ignorent leur séropositivité, et un risque de transmission de l’infection.  

 

Ainsi, les nouvelles données, publiées par Santé publique France dans son bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) du 29 novembre, mettent en évidence que 29% des infections à VIH découvertes en 2021 l’ont été à un stade avancé. Un taux cependant en baisse.  

Le nombre de découvertes de séropositivité s'est stabilisé en 2021, à 5 013 personnes. Il avait baissé de 22% entre 2019 et 2020, avec la chute des dépistages mais aussi "possiblement" avec une moindre exposition au virus liée aux mesures de distanciation sociale et de fermeture de frontières.  

Les catégories les plus touchées restent les hétérosexuels (hommes ou femmes) et les hommes ayant des rapports sexuels avec les hommes (HSH), représentant respectivement 51% et 44% des découvertes de séropositivité. 

Face à de multiples "freins au dépistage", Santé publique France rediffuse une campagne de communication avec le slogan "Vivre avec le VIH, c'est d'abord vivre", pour mieux faire connaître l'effet préventif des antirétroviraux et lutter contre les discriminations. 

 

Des freins au traitement préventif 

Concernant la prévention, la prophylaxie préexposition (PrEP), reste aussi insuffisamment utilisée. "Le compte n'y est pas", a lancé Gilles Pialoux, vice-président de la Société française de lutte contre le sida, lors d'un autre point presse de l'ANRS/Maladies infectieuses émergentes, évoquant environ 40 000 utilisateurs en France. La PrEP "n'a pas assez diffusé" au-delà des homosexuels, malgré la possibilité désormais de la prescrire en médecine de ville, selon ce chef de service des maladies infectieuses et tropicales à l'hôpital Tenon (AP-HP). Il a notamment pointé une proportion insuffisante de femmes ou de migrants dans les bénéficiaires de "ce traitement qui marche extrêmement bien" et "ne s'oppose pas au préservatif". 

 

Pas de vaccin en vue 

Enfin, le vaccin ne semble toujours pas à portée de mains, en raison, principalement de la complexité du virus, a rappelé Michaela Müller-Trutwin (Institut Pasteur). 

De multiples études cherchent à identifier de nouvelles molécules pour réguler le VIH dormant dans les cellules et à renforcer la réponse immunitaire des personnes vivant avec le VIH, selon cette spécialiste. "On espère toujours trouver un traitement curatif, on n'y est pas encore", a déploré Emmanuel Bodoignet, membre, pour Aides, d'un groupe d'associations de lutte contre le sida. 

En attendant, a-t-il noté, "les séropositifs souffrent toujours d'énormément de discriminations" et restent vulnérables à différentes pathologies, comme avec le Covid ou, plus récemment, la variole du singe. Mais la recherche sur le sida continue et pourrait aussi, à terme, bénéficier de celles sur le Covid-19, et réciproquement, ont insisté les experts. 

Approuvez-vous la proposition de l'Assurance maladie de dérembourser les prescriptions des médecins déconventionnés ?

Valérie Briole

Valérie Briole

Non

Comment les patients qui cotisent à la sécurité sociale et à leur mutuelle de façon obligatoire, vont accepter de ne percevoir en ... Lire plus

0 commentaire





 
Vignette
Vignette

La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17