Dépistage de l’hépatite C chez les usagers de drogues : efficacité de l’implication de pairs

28/07/2022 Par Marielle Ammouche
Infectiologie
A l’occasion de la Journée mondiale contre l’hépatite, le 28 juillet, l’Agence nationale de recherches sur le sida et les hépatites virales (ANRS) revient sur le projet Icone qui a mis en évidence l’efficacité d’une intervention communautaire pour dépister et traiter les hépatites C chez les usagers de drogues.

 

"L’objectif principal était d’évaluer l'efficacité d'un modèle communautaire de dépistage de masse du virus de l’hépatite C (VHC) combiné à l’initiation immédiate du traitement sur l'amélioration de la cascade de soins du VHC parmi les usagers de drogues actifs dans la ville de Montpellier. En effet, les UD représentent une population à risque vis-à-vis de ce virus et ne bénéficient pas toujours d’un accès aux soins fluide", explique la Dre Hélène Donnadieu-Rigole, responsable du département d'addictologie au CHU de Montpellier (équipe Inserm U1058) et investigatrice principale de ce projet. 

Le projet était basé sur la technique de recrutement de type "Respondent-Driven Sampling" (RDS), qui permet d’atteindre les populations éloignées des structures de soins, et sur la "pair-aidance" qui a permis à des usagers pairs, employés par l’étude, de participer à toutes les étapes du projet. Cela a été possible grâce à l’implication de nombreuses associations de la ville de Montpellier.

Au cours des 11 semaines de l’étude, 554 usagers de drogues ont été inclus, alors que 75% d’entre eux n’étaient pas suivis dans une structure de soins addictologiques. La grande majorité étaient polyconsommateurs de drogues et vivaient en situation de grande précarité. Icone a permis de dépister une hépatite chronique virale C chez 8,8% d’entre eux. Et chez ces patients, 76% ont pu être mis sous traitement et 55% ont ensuite été guéris de cette maladie. 
 
"Cette étude a permis de démontrer que la technique de recrutement de type RDS est très efficace et peut être utilisée en France. Une majorité d’usagers non suivis ont pu être traités et guéris grâce à la forte implication des pairs employés. Ainsi, l’emploi de pairs dans le recrutement et l’accompagnement aux soins des usagers est une mesure efficace. Cette étude pourrait être considérée comme 'une preuve de concept' afin d’être mise en œuvre à plus grande échelle en France", conclut la Dre Donnadieu-Rigole. 

58 millions de personnes sont porteurs d’une hépatite C dans le monde, avec 1,5 million de nouvelles infections par an. En 2019, 290.000 personnes en sont décédées. Et "si des médicaments antiviraux sont disponibles et permettent de guérir plus de 95 % des personnes infectées par le virus, l’accès à ces derniers reste toutefois limité", souligne l’ANRS. 

Vignette
Vignette

Médecins, faut-il signer l'accord conventionnel proposé par la Cnam?

Thierry Lemoine

Thierry Lemoine

Oui

Il ne faut pas rêver: la très grande majorité des médecins secteur 1 ne se déconventionnera pas ( pour les secteurs 2, la questio... Lire plus

0 commentaire
7 débatteurs en ligne7 en ligne





La sélection de la rédaction

Podcast Vie de famille
Jumelles et médecins généralistes : "L'idée, c'était d'avancer ensemble"
15/04/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
1
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
1
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17