MG France demande une "revalorisation immédiate" des honoraires de maîtrise de stage

02/12/2019 Par Aveline Marques
Alors qu'un groupe de travail planche sur le développement des stages en ambulatoire, le syndicat réclame une hausse de la rémunération des MSU.

Actuellement, un médecin généraliste maitre de stage universitaire (MSU) accueillant un externe au cabinet touche une rémunération brute de 300 euros mensuelle ; un MSU encadrant un interne pour son stage ambulatoire de niveau 1 ou 2 reçoit quant à lui 600 euros par mois. Une rémunération jugée insuffisante, qui s'ajoute à des retards de paiement plusieurs fois dénoncés.

Alors qu'un groupe de travail sur le développement de l'offre de stage ambulatoire en 3ème cycle pour les spécialités médicales ayant un exercice majoritaire en ville vient de débuter ses travaux, MG France réclame dans un communiqué "une revalorisation immédiate" des honoraires des MSU et "la garantie d'une réduction des délais de paiement aujourd'hui constatés". L'enjeu est de donner "un coup d’accélérateur au développement des stages ambulatoires dans le cursus de formation des étudiants en médecine", afin de susciter des installations. Rappelons que la dernière loi de santé a rendu obligatoire la réalisation d'un stage ambulatoire en autonomie supervisée (Saspas) pour les internes de médecine générale en dernière année, ainsi que pour d'autres spécialités de premiers recours qui seront définies par décret. Il s'effectuera "en priorité" dans les zones sous-denses.

Un encadrement toujours trop faible
En amont du congrès du Collège national des généralistes enseignants (CNGE), le syndicat des enseignants de médecine générale (SNEMG) a fait le point sur les effectifs de la spécialité : 185,5 équivalents temps plein étaient recensés au 1er janvier 2019 (+5,1% en un an) pour encadrer 25 495 étudiants de deuxième cycle et 14 858 étudiants de 3ème cycle de médecine générale. Soit un taux d'encadrement de 1 pour 80, contre 1/86 au 1er janvier 2018. Mais cette amélioration cache la diminution (-3,7%) du nombre de postes d'internat en MG depuis la réforme de 2017, pointe le SNEMG, qui rappelle en outre que le taux d'encadrement en MG reste très inférieur à celui des autres disciplines (1/10).

Approuvez-vous la proposition de l'Assurance maladie de dérembourser les prescriptions des médecins déconventionnés ?

Valérie Briole

Valérie Briole

Non

Comment les patients qui cotisent à la sécurité sociale et à leur mutuelle de façon obligatoire, vont accepter de ne percevoir en ... Lire plus

0 commentaire
8 débatteurs en ligne8 en ligne





 
Vignette
Vignette

La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17