Les internes de médecine générale n'ont pas vocation "à servir d'intérimaires à bas coût pour des services en mal de recrutement"

19/07/2023 Par P.M.
Internat
Dans un communiqué commun, le CNGE et plusieurs syndicats de médecine générale insistent sur le fait que cette 10e année d’études médicales n’est utile que si elle prépare mieux les internes "à ce que sera leur métier : médecin généraliste en ambulatoire".  

 

"L’hôpital, lieu de second recours et d’hypertechnicité, ne peut servir de modèle aux futurs généralistes, qui n’ont par ailleurs pas vocation à pallier l’insuffisance des effectifs hospitaliers", clament le Collège national des généralistes enseignants (CNGE) et plusieurs syndicats de médecins* dans un communiqué commun diffusé mercredi 19 juillet. Ils s’opposent à ce que la quatrième année de spécialité des futurs généralistes soit "orchestrée par l’hôpital".  

Une communiqué qui arrive en réponse à la prise de position des conférences des présidents de CME quelques jours plus tôt. Ces derniers avaient déploré la réduction du temps de formation de 6 à 3 mois des internes en médecine générale à la pédiatrie dans le rapport sur la réforme de la maquette de médecine générale. Des propos qui n’avaient pas manqué de faire réagir certains généralistes, qui y avaient vu une manière de combler les manques de la spécialité.  

Par ce communiqué, les représentants des différentes organisations de médecine générale rappellent que si la quatrième année d’internat en MG a été instituée, c’est “pour permettre aux futurs généralistes de se perfectionner dans leur spécialité : les soins de premiers recours en population générale”. Ils soulignent notamment que “la coordination des soins de ville, par exemple, ne s’apprend pas à l’hôpital, pas plus que la gestion d’un cabinet médical, la prévention ou le suivi des enfants en population générale”.  

"La 4e année de spécialité, poursuivent-ils, dixième année d’études médicales, n’est utile que si elle prépare mieux les internes, après neuf années d’études encore essentiellement hospitalières, à ce que sera leur métier : médecin généraliste en ambulatoire”. À ce titre, ils “soutiennent les internes de médecine générale qui veulent apprendre leur métier sur leur futur terrain d’exercice, et non servir d’intérimaires à bas coût pour des services en mal de recrutement”.  

*Les signataires : CNGE, CSMF, FMF, MG France, SML, SNEMG, UFML.  

Vignette
Vignette

Faut-il obliger les internes de 4eme année de médecine générale à participer à la permanence des soins ambulatoires ?

Michel Rivoal

Michel Rivoal

Oui

Tout cela n’est pas très cohérent ! Il faudrait d’abord lever les ambiguïtés . Pourquoi faut il une 4ème année de « spécialité en ... Lire plus

13 commentaires
Photo de profil de Éric Delmas
1,8 k points
Débatteur Passionné
Autre
il y a 9 mois
Je comprends très bien l'argument selon lequel les internes en MG ne veulent pas servir à combler des manques en hôpital. Pour autant, un futur MG isolé se doit de bien connaître la pratique urgentist...Lire plus
Photo de profil de Eric Semeria
2,4 k points
Débatteur Passionné
Chirurgie plastique reconstructrice et esthétique
il y a 7 mois
Bonjour Oui mais comme son nom l'indique on parle de médecine GÉNÉRALE Donc tu es sensé tout faire Et çà c'est pas possible Et puis dans ton cabinet, combien d'acte d'urgence par rapport à la pris...Lire plus
Photo de profil de Eric Semeria
2,4 k points
Débatteur Passionné
Chirurgie plastique reconstructrice et esthétique
il y a 7 mois
Y sont passés où les services de médecine interne où l'on accueillez tous les patients récusés par les "grands" services de spécialité Il y avait de la vrai polypathologie çà c'est peut être form...Lire plus

La sélection de la rédaction

Rémunération
"La visite à domicile ne survivra pas à l’été" : le cri d'alarme de SOS Médecins
02/04/2024
13
Assistant médical
"Il faut arriver à transposer l'assistant médical dans une notion d'équipe": aux Rencontres d'AVECsanté...
03/04/2024
4
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17
"Ils ont une peur primaire de la psychiatrie" : pourquoi les étudiants en médecine délaissent cette spécialité
27/02/2024
28
Podcast
"C'est assez intense" : reportage dans un centre de formation des assistants médicaux
01/03/2024
9