A bout, l'ensemble des internes de chirurgie orthopédique d'un hôpital de Strasbourg placés en arrêt maladie

26/07/2023 Par Mathilde Gendron
Internat Hôpital Stage
La semaine dernière, les internes en chirurgie orthopédique de l'hôpital de Hautepierre (CHU de Strasbourg) ont tous été placés en arrêt de travail pour épuisement. Face à des conditions de travail délétères, les 17 carabins tirent la sonnette d’alarme. 

 

Le Syndicat autonome des internes d'Alsace (Saia) lance l'alerte : lundi 17 juillet, l'ensemble des internes en chirurgie orthopédique de l'hôpital Hautepierre, dans le Bas-Rhin, ont été placés en arrêt maladie, en raison d'une "détresse psychologique intense”. “On a posé des questions et 70% des internes en orthopédie ont admis être déprimés, tous étaient en grande souffrance avec notamment le sentiment de maltraiter leurs patients. L’un d’eux m’a demandé si ‘un suicide ferait enfin bouger les choses ?’ On a alerté la direction générale sur l’urgence d’une solution pérenne, mais rien n’est venu”, rapporte Clémence Guégan, présidente du Saia à nos confrères de Rue89 Strasbourg

Si les internes sont épuisés, c’est notamment à cause des effectifs particulièrement critiques, en particulier dans le service SOS Main. Depuis le 2 mai dernier, seuls quatre puis trois internes étaient présents alors que dix sont nécessaires. Le Saia a rédigé un communiqué, diffusé jeudi 20 juillet, dans lequel il alerte sur ce “sous-effectif chronique des internes (...), avec un effectif réduit de 60% dès le début du semestre”. Le service a été contraint de fermer ses portes la nuit et les week-end, mais la permanence des soins convenue avec l’ARS Grand Est “oblige un accueil des personnes consultant aux urgences de l’hôpital de Hautepierre pour un motif découlant de l’activité de la main”, indique le communiqué. Il mentionne aussi que cette activité supplémentaire est alors “imposée à l’interne d’orthopédie de garde consultant seul au secteur traumatologique des urgences de l'hôpital”. Pour la présidente du Saia, ces gardes ne doivent pas nécessairement être effectuées par des internes. “Quand une personne vient aux urgences avec une entorse simple, un avis de l’interne orthopédique de garde n’est pas forcément nécessaire…”, fait-elle valoir. Le syndicat a recueilli le témoignage d’internes s’estimant “dépassés lors de ces gardes”.  

Le Saia rappelle que “les internes d’orthopédie dépassent largement la réglementation concernant le temps de travail des internes avec des semaines excédant en moyenne 60 heures, sans récupération”. D'après la dernière étude effectuée par l’Intersyndicale nationale des internes (Isni), publiée en mai 2020, les internes de cette spécialité travaillent en moyenne 77,29 heures par semaine.

“Nous rappelons avec force que les internes sont des professionnels en cours de spécialisation et qu’ils ne sont pas une variable d’ajustement au système au maintien de l’activité hospitalière défaillante”, a tenu à rappeler le Saia, dans son communiqué. Il déclare saisir la direction de l’hôpital et l’ARS Grand-Est “pour qu’ils assurent leur devoir de mise en place d’une permanence des soins efficiente des établissements, sans qu’elle se fasse au détriment de nos jeunes professionnels de santé”. Sans solution “pérenne”, “efficace” et “conforme à la réglementation”, le Saia menace d’entamer “des procédures contentieuses”. 

Contactés par nos confrères de Rue89 Strasbourg, les Hôpitaux universitaires de Strasbourg ont indiqué qu’une “réunion pluri-professionnelle est en cours sur le sujet”. 

[Avec Rue89 Strasbourg

Approuvez-vous la proposition de l'Assurance maladie de dérembourser les prescriptions des médecins déconventionnés ?

Valérie Briole

Valérie Briole

Non

Comment les patients qui cotisent à la sécurité sociale et à leur mutuelle de façon obligatoire, vont accepter de ne percevoir en ... Lire plus

19 commentaires
Photo de profil de Paul-Henri Ginguené
1,1 k points
Débatteur Renommé
Anesthésie-réanimation
il y a 1 an
Depuis plus de 30 ans, nos énarques « trop intelligents » ont privilégié des métiers inutiles ( communicants, societés de conseils, technocrates des ARS, etc…) au détriment des professions essentielle...Lire plus
il y a 1 an
Le Numerus Clausus a fait des dégâts considérables et en fera encore...puisqu'il n'a pas été supprimé ! (Il a été simplement remplacé par un Numerus Apertus aux mêmes fonctions restrictives) Bravo à c...Lire plus
Photo de profil de Gaelle 22
986 points
Débatteur Renommé
Médecins (CNOM)
il y a 1 an
Des confrères se préoccupent de l’image des médecins qui donnent des arrets ? vraiment ! On est en plein syndrome de Stockholm ! Ces médecins soignent leurs patients ( des confrères) en respecta...Lire plus
 
Vignette
Vignette

La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17