Hamon, Buzyn, Pelloux, Valletoux… Près de 170 médecins et personnalités réclament le maintien du "Magazine de la Santé", "service public"

19/01/2024 Par Aveline Marques
Médias
Alors que la célèbre émission de France 5 doit disparaître de la grille des programmes à la rentrée 2024, "qui relaiera désormais les gestes de prévention, les campagnes de dépistage, qui expliquera l'intérêt des gestes barrières, qui informera sur l'évolution des épidémies, sur les risques sanitaires ?", s'interrogent près de 170 médecins et personnalités dans une tribune, publiée par Le Figaro : "Notre système de santé, dont on connait la grande misère, n'a pas les moyens de se priver d'une telle contribution." 

"La menace qui pèse aujourd'hui sur "Le Magazine de la Santé" de France 5 n'est pas une question de grille de programmes : c'est un enjeu de santé publique", soutiennent près de 170 médecins, soignants, spécialistes de la santé publique, anciens ministres, dirigeants d'organismes de recherche et de prévention, d'associations, d'établissements de santé, de fédérations ou de syndicats, dans une tribune collective publiée ce vendredi 19 janvier par Le Figaro. Parmi les signataires, les urgentistes Patrick Pelloux et Thomas Mesnier, le généraliste et président d'honneur de la FMF, Jean-Paul Hamon, l'ancienne ministre de la Santé et hématologue, Agnès Buzyn, le médecin légiste et archéologue, Philippe Charlier, ou encore le député Horizons et ancien président de la FHF, Frédéric Valletoux.  

"La prévention, l'éducation à la santé, la pédagogie, la science, la lutte contre la désinformation sont des enjeux de santé publique. Il est de la mission du service public de délivrer quotidiennement une information médicale et scientifique de qualité́, de transmettre des messages de prévention ou d'attention aux autres, de rendre compte de l'évolution des techniques et des soins, d'éclairer les enjeux et les espoirs de la médecine, de mettre en garde contre les pratiques dangereuses, les addictions, les dérives sectaires, d'aborder des sujets encore tabous comme la mort ou la sexualité́...", écrivent-ils pour tenter d'infléchir Delphine Ernotte, présidente de France Télévisions. 

Sans l'émission animée depuis 2000 par la Dre Marina Carrère d'Encausse, longtemps aux côtés du Dr Michel Cymes, "qui relaiera désormais les gestes de prévention, les campagnes de dépistage, qui expliquera l'intérêt des gestes barrières, qui informera sur l'évolution des épidémies, sur les risques sanitaires ?", interpellent les signataires. "Notre système de santé, dont on connait la grande misère, n'a pas les moyens de se priver d'une telle contribution." 

"En 25 ans, l'émission a relayé à l'antenne plus de 12 000 campagnes de santé publique, permettant à la collectivité́ une économie estimée à 70 millions d'euros", soutiennent les auteurs de la tribune, qui juge la décision de faire disparaître l'émission de la grille des programmes de France 5 "aussi indéfendable que dangereuse pour notre système de soins". 

 

[avec Le Figaro

 
Vignette
Vignette

4 commentaires
8 débatteurs en ligne8 en ligne
Photo de profil de Leïla B
60 points
il y a 5 mois
Il me semble que le président de la République a parlé d'actions de prévention lors de son allocution cette semaine. Pourquoi supprimer un support médiatique qui fonctionne? Vraiment on marche sur l...Lire plus
Photo de profil de Yves Adenis-Lamarre
3,3 k points
Débatteur Passionné
Médecine générale
il y a 5 mois
"En 25 ans, l'émission a relayé à l'antenne plus de 12 000 campagnes de santé publique, permettant à la collectivité une économie estimée à 70 millions d'euros" Certes, ce genre d’émission est i...Lire plus
Photo de profil de Charles Hanlet
1,2 k points
Débatteur Passionné
Oto-rhino-laryngologie
il y a 5 mois
On comprend bien Madame Ernotte : c'est émission où même avec la meilleure volonté, il est difficile d'injecter l'idéologie gauchisante qui fait le charme du service public......Lire plus

La sélection de la rédaction

Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17