Vaccination avec AstraZeneca : "l’utilisation en pharmacie est plus rapide que chez les médecins", constate le ministère | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Vaccination avec AstraZeneca : "l’utilisation en pharmacie est plus rapide que chez les médecins", constate le ministère

Notant un “frémissement positif” sur la confiance des Français en AstraZeneca, le ministère de la Santé a souligné, lors d’un point presse, la nette participation des pharmaciens pour administrer ce vaccin en ville. Un circuit que l’avenue de Ségur estime “plus rapide” que celui des cabinets médicaux.
 

“Il y a une dynamique de commande [d’AstraZeneca] qui continue à être forte de la part des professionnels de santé de ville. Cela veut dire qu’ils ont encore des patients volontaires”, s’est réjoui, ce mardi 4 mai, le ministère de la Santé lors d’un point presse, appelant à “ne pas sous-estimer l’hyper proximité”. “Le réservoir ne s’éteint pas”, a martelé le ministère.

Alors que la population a fait part de sa défiance vis-à-vis du vaccin suédo-britannique après la découverte de rares cas de thrombose atypiques, les équipes d’Olivier Véran ont noté un “frémissement positif sur la confiance en AstraZeneca” sur la semaine du 26 avril, même si “le rythme d’écoulement est toujours moins important que ce que l’on a pu connaître”, reconnaît-on à l’avenue de Ségur qui constate que l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne injectent davantage de doses de ce vaccin.

 

Très faible utilisation par les infirmières

Selon les chiffres de la semaine passée, arrêtés au dimanche 2 mai, le taux d’utilisation du vaccin d’AstraZeneca “avait fortement baissé à 53%”. Une baisse que le ministère justifie par la récente réception d’une “livraison massive de 2 millions de doses”. De leurs côtés, les vaccins à ARNm, Pfizer et Moderna, trouvent toujours leur public aux des taux d’utilisation de 90% et 85% respectivement sur cette même semaine.

Il note néanmoins de grandes disparités entre les vaccinateurs. “La médecine de ville a consommé 75% de ses doses, les pharmaciens près de 90% de leurs doses et les infirmiers, seulement 15%. Il apparaît compliqué d’organiser la vaccination à domicile pour ces professionnels”, explique-t-on. “L’utilisation en pharmacie est plus en temps réel, plus rapide, que chez les médecins”, a souligné le ministère qui a assuré qu’“on ne couperait pas les commandes à une profession plutôt qu’à une autre. On a besoin des forces de tout le monde.”

Fort de ces 2,7 millions d'injections réalisées la semaine passée, l'exécutif espère toujours atteindre son objectif de 20 millions de primo-injectés au 15 mai, alors que la vaccination des 18-49 ans avec comorbidités a été ouverte ce week-end en centre. “Cela ne se fera qu’avec un très haut niveau de mobilisation sur les weekends et les jours fériés”, a prévenu le ministère qui espère dépasser les 3 millions d'injections cette semaine, du 3 mai.

 

“Le vaccin Janssen continue d’être livré”
Récemment intégré dans le circuit de ville, le vaccin Janssen “continue d’être livré”, a ajouté le ministère de la Santé qui précise que sur les quelque 200.000 doses déjà livrées, 60.000 ont été injectées la semaine passée à des patients de plus de 55 ans, selon les chiffres arrêtés dimanche soir. Une nouvelle livraison va être livrée ce jeudi en ville pour “répondre aux commandes des professionnels”, a-t-on assuré. Selon le ministère de l'Economie, des Finances et de la Relance, “on devrait recevoir aux alentours de 200.000 doses la semaine du 10 mai, plus de 600.000 doses la semaine du 17 mai et plus de 500.000 doses la dernière semaine de mai”. En juin, ce sont pas moins de 5 millions de doses qui sont attendues. “On compte beaucoup sur ce vaccin monodose”, a soutenu le ministère de la Santé.
15 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…