Campagne de vaccination contre le Covid : "On va commencer prudemment", assure le "Monsieur vaccin" du Gouvernement | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Campagne de vaccination contre le Covid : "On va commencer prudemment", assure le "Monsieur vaccin" du Gouvernement

Nommé par le Gouvernement pour conduire la stratégie de vaccination contre le Covid, le Pr Alain Fischer a esquissé les premières pistes de réflexion pour mener à bien sa mission dans une interview exclusive accordée au Journal du Dimanche. Selon le professeur d’immunologie pédiatrique et chercheur en biologie, il faudra faire preuve de prudence et de transparence.
 

 

“Prudence est mère de sûreté.” L’expression prend tout son sens dans la communication du Pr Alain Fischer, récemment désigné par le Gouvernement pour conduire la stratégie de vaccination contre le Covid-19. Alors que les premières doses de vaccin doivent être administrées cette semaine au Royaume-Uni, l’ancien chef de service à l’hôpital Necker a détaillé lors d’un entretien au Journal du Dimanche, les premières pistes de réflexion pour mener à bien la campagne de vaccination.

Le président du nouveau Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale contre le Covid-19 a d’emblée annoncé qu’il souhaitait mettre sur pied un “petit comité” associant des compétences en biologie et en sciences humaines et sociales afin de “réfléchir collectivement à la vaccination”. Celui-ci pourrait être composé de professionnels de santé, mais aussi de sociologues, de représentants de la société civile ou encore d’associations de patients.

Alors que la campagne doit débuter dès le début du mois de janvier dans les Ehpad, le Pr Fischer s’est montré relativement confiant. “D’après les annonces de Pfizer et Moderna, le nombre de formes sévères est très réduit dans le groupe vacciné par rapport au groupe contrôle”, a-t-il déclaré, précisant que “des informations complémentaires devront être recueillies concernant l’efficacité du vaccin chez les personnes âgées”.

Les médecins et infirmières seront vraisemblablement chargés de réaliser les deux injections à trois semaines d’intervalles. Les personnes qui recevront le vaccin devront donner leur accord au préalable ou, en cas de troubles cognitifs, leurs familles. “Il n’y aura pas de vaccination sans consentement. Et pas d’obligation bien sûr”, a-t-il martelé, affirmant qu’ “en santé publique, il faut d’abord essayer de convaincre”.

 

“On va commencer prudemment”

Toutefois, comme lors de la conférence de presse jeudi 3 décembre, le pédiatre de 71 ans s’est montré plus prudent quant aux incertitudes scientifiques. “Oui, il va y avoir des effets secondaires. Même s’il est difficile d’établir une causalité quand ils sont extrêmement rares. L’information et la communication tournent forcément autour de l’analyse du bénéfice-risque, centrale dans le processus de décision. Est-ce que les bénéfices attendus pour se protéger d’une maladie potentiellement grave sont bien supérieurs au risque éventuel d’une pathologie liée à la vaccination ? De petites marges d’incertitude persistent mais, d’après les données partielles dont on dispose, ce risque est très faible. En France, on va commencer prudemment.”

Afin de rassurer, le Pr Alain Fischer a indiqué que les personnes qui recevront le vaccin seront...

3 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…