Les médecins, moins bien payés que les coiffeurs, les plombiers ou les avocats ? On a fait les calculs

29/10/2019 Par Audrey Freynet
Consultation moins chère qu'une coupe de cheveux, déplacement à domicile quatre fois mieux défrayé pour les plombiers, salaire des ingénieurs ou des avocats bien plus intéressant… Egora.fr a tenté de comparer l'incomparable. 

 

Coiffeurs, plombiers, ingénieurs et avocats… Egora fait un tour d'horizon de la rémunération de ces professions fréquemment comparées avec les médecins.

 

Idée reçue n°1 : un coiffeur est mieux loti, avec des coupes facturées 30 euros

"Une consultation chez le médecin ou le dentiste est moins chère qu'une coupe chez le coiffeur […]". Ce message a été relayé et commenté plusieurs milliers de fois sur Twitter ces derniers jours.  

 

 

Oui, une coupe de cheveux coûte 20 euros pour les hommes et 30 euros pour les femmes, en moyenne, alors qu'une consultation chez un médecin généraliste est facturée 25 euros. Cette comparaison revient souvent et est même devenue l'emblème du peu de considération ressentie par la profession.  

 

 

Pourtant, la situation des médecins généralistes et des coiffeurs n'est vraiment pas comparable. Tout d'abord, le temps passé chez le coiffeur n'est pas identique : exécuter une coupe de cheveux met au moins 30 minutes, contre 18 minutes pour une consultation médicale d’après les dernières données de la Drees (ministère de la Santé).  

Par ailleurs, le fonctionnement et la gestion d'un salon de coiffure diffèrent de ceux d'un cabinet médical. Les charges d'un salon sont très élevées, tant à cause de l'achat des fournitures, que des frais de personnel : chaque salon emploie en moyenne 2,4 salariés. 

L'autre différence notable est le chiffre d'affaire (CA) réalisé. En moyenne, un salon réalise un CA hors taxe de 76 000 euros par an… contre 152 641 euros pour les médecins généralistes d'après l'Unasa (Union nationale des associations agréées). Soit le double. La marge du généraliste est aussi plus élevée que celle d'un coiffeur qui atteindra difficilement les 10%. A l'arrivée, le bénéfice moyen pour un salon est de 17 500 euros contre 88 277 euros pour un cabinet médical. 

Autre élément à prendre en compte : les sources de revenus d'un médecin sont bien plus diversifiées que celle d'un coiffeur. Ce dernier ne peut compter que sur la vente de ses produits et les "soins" apportés aux clients, tandis qu'un MG a d'autres sources de revenus tels que le forfait médecin traitant, le forfait structure, la Rosp… 

Un dernier point, et non des moindres, est la question de la rémunération d'un gérant de coiffure, relativement basse. En début de carrière ces deniers touchent en moyenne 1534 euros net par mois, pour atteindre les 1814 euros voire 2921 euros pour les plus qualifiés. Pour ce qui est de la rémunération, ils n'ont donc rien à envier aux médecins (cf. suite de l'article). 

 

 

Un plombier est mieux défrayé quand il vient à domicile 

La comparaison entre interventions de plomberie et visite médicale est assez courante et revient régulièrement dans les commentaires des egoranautes et sur les réseaux sociaux

 

 

Cette lettre par exemple (ci-dessous), dont la provenance n'est pas identifiée, a beaucoup tourné en 2017 sur internet. Le praticien y décrit le montant de l'intervention d'un plombier au domicile de son fils, et le compare à celui de sa visite au domicile d'un autre plombier pour un infarctus.  

 

 

 

"Monsieur le plombier, C'est avec une grande joie que je vous adresse mon chèque de 92,40 € pour avoir pris des photographies de la baignoire de mon fils étudiant à Dijon. (…)   Il se trouve que par le plus grand des hasards j'ai dû m'occuper de l'un de vos collègues qui a fait un infarctus hier. (…) Mon intervention à son domicile lui aura couté 33 € (consultation à 23 € + 10 € de déplacement) + 13,07 € pour l'électrocardiogramme soit un total de 46,07 €. Donc un infarctus du myocarde coûte la moitié d'une photographie de baignoire", conclut la lettre.

En effet, la majoration de visite à domicile d'un médecin est fixée à 10 euros. Le plombier, quant à lui, est entièrement libre. Il peut en conséquence fixer le montant du déplacement de son choix, généralement un prix compris entre 20 et 100 euros.  

 

 

"Et un plombier est mieux payé qu'un chirurgien (…)", assure une internaute dans un tweet récemment publié. Il faut savoir qu'un plombier est, en théorie, rémunéré au taux horaire. Ce dernier varie généralement entre 40 et 140 euros de l'heure. En réalité, en faisant un basic calcul, un MG de secteur 1 est bien mieux rémunéré qu'un plombier : sachant qu'une consultation chez un médecin généraliste coûte 25 euros et qu'elle dure en moyenne 18 minutes, son taux horaire est alors de 83 euros. C'est approximativement le même que celui d'un plombier. Mais c'est sans compter le temps passé à faire la paperasse...

Attention. Il est vrai que les interventions de plomberie ne sont pas, elles non plus, réglementées. L'artisan peut tout à fait faire évoluer la facture en ajoutant en plus du taux horaire, un forfait travaux, des frais de matériel ou encore une majoration si l'intervention a lieu de nuit. À titre d'exemple, le remplacement d'un chauffe-eau peut aller de 150 à 400 euros, selon le plombier…  

Côté rémunération, un plombier-chauffagiste salarié en début de carrière gagne entre 1348 et 1548 euros net par mois. Un chiffre qui passe à 1864 euros lorsque ce dernier a plus de 10 ans d'expérience. Par contre, un plombier-chauffagiste à son compte semble mieux loti, à condition que les affaires marchent. Il peut espérer une rémunération comprise entre 3624 et 6344 euros net mensuel. 

 

 

Un ingénieur a un meilleur salaire qu'un praticien hospitalier

Les personnels médicaux sont les mieux rémunérés de la fonction publique hospitalière, avec un salaire moyen de 5 557 euros en 2017, selon les derniers chiffres de la Drees. Un ingénieur, quant à lui, toutes spécialités confondues, est en moyenne rémunéré 3 700 euros net/mois.  

 

Praticien hospitalier ou ingénieur, la rémunération évolue avec l'ancienneté et l'âge de la personne concernée. Si un jeune ingénieur doit se "contenter" d'un salaire qui avoisine les 2300 euros mensuels, son aîné en fin de carrière peut espérer un revenu plus confortable : environ 6400 euros. 

Pour les praticiens hospitaliers, la rémunération varie en fonction de l'échelon. Avec peu d'ancienneté le professionnel touche en moyenne 3 180 euros, tandis qu'en étant à l'échelon le plus haut le praticien touche 5 775 euros net par mois – hors bonifications indiciaires, primes et indemnités, ce qui peut augmenter encore la fiche de paye. 

 

 

 

Un avocat a un meilleur salaire qu'un médecin libéral 

Un médecin généraliste de secteur 1 réalisait, en moyenne en 2017, un bénéfice (BNC) de 77 776 euros annuel, soit 6481,3 euros net mensuel (Carmf). Le salaire d'un avocat est, lui, estimé à 5 217 euros net par mois. Un MG de secteur 1 gagne, sur le papier, bien davantage qu'un avocat. 

 

Il faut quand même préciser que les salaires des avocats sont très loin d'être uniformes. Ceux aux revenus les plus élevés augmentent considérablement le salaire moyen. À savoir, "moins de 1 % des avocats ont un salaire annuel inférieur à 20 000 euros brut – soit proche du Smic", précise le site spécialisé en reconversion professionnelle.  

Les avocats ont une excellente évolution salariale au cours de leur carrière. A 25-29 ans, ils gagnent approximativement 2 700 euros net par mois, alors que leurs ainés en fin de carrière peut percevoir près de 7 000 euros. 

"Les tarifs de consultation avocat sont rarement supérieurs à ceux pratiqués par des médecins spécialistes à périmètre égal", assure le site consultation-avocat. Aller voir un avocat coûte entre 50 et 150 euros les 30 minutes, "soit un coût moyen comparable au médecin spécialiste qui vous garde une quinzaine de minutes en consultation", affirme ce même site... Deux bémols à cette affirmation : le prix d'une consultation de base chez un médecin spécialiste de secteur 1 s'élève à 30 euros ; la consultation dure-t-elle vraiment "seulement" 15 minutes ? 

Source : Ameli

Dernier point de comparaison entre ces deux professions : les revenus mensuels. Les bénéfices non commerciaux (en net mensuel) d'un médecin spécialiste de secteur 1 est de 8 632 euros et de 10 107 euros pour celui qui exerce en secteur 2. Des revenus qui sont bien au-dessus de ceux des avocats qui sont, pour rappel, de 5 217 euros net mensuel

 

 

 

Finalement, quelle profession est la mieux rémunérée ? 

Oui, la consultation en MG est moins bien payée qu'une coupe de cheveux.  

Oui, le déplacement à domicile d'un médecin est moins défrayé que celui d'un plombier.  

 

Cependant, les praticiens hospitaliers et les médecins généralistes restent, en moyenne, les professions les mieux rémunérées du panel sélectionné ; loin devant les gérants de salon de coiffure, les plombiers à leur compte, les ingénieurs et même les avocats. 

Une situation qui semble bien légitime au vue de la longueur des études – au minimum 9 ans – et des responsabilités. 

 

 

*L'ensemble des salaires et revenus mentionnés dans cet article sont, ou ont été convertis, en euros net mensuel. Dans un souci de clarté à la lecture, les sources utilisées ne sont pas toutes mentionnées mais restent consultables sur le lien hypertexte donné. 

Vignette
Vignette

Les négociations conventionnelles entre les médecins et l'Assurance maladie doivent-elles reprendre?

Avocat  Du Diable

Avocat Du Diable

Oui

Pas de négociation , pas de convention . Pas de convention , les médecin ayant les patientèles les plus fragilisées et les patient... Lire plus

0 commentaire
3 débatteurs en ligne3 en ligne





La sélection de la rédaction

Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
1
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Rémunération
"La visite à domicile ne survivra pas à l’été" : le cri d'alarme de SOS Médecins
02/04/2024
13
Assistant médical
"Il faut arriver à transposer l'assistant médical dans une notion d'équipe": aux Rencontres d'AVECsanté...
03/04/2024
4
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17