Paperasse, compta, ménage… Ces tâches qui vous empoisonnent | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Paperasse, compta, ménage… Ces tâches qui vous empoisonnent

"Libérer du temps médical." C'est le nouveau mot d'ordre de la lutte contre les déserts médicaux. Alors que l'augmentation du numerus clausus ne produira ses effets que dans 10 ans, le gouvernement compte sur les transferts de compétences et sur les futurs assistants médicaux pour décharger les médecins d'actes à faible valeur médicale ajoutée. Mais combien de temps les généralistes pourront-ils réellement gagner ? Interne en médecine générale, Jean-Baptiste Prunières a mené l'enquête. Soutenue le 16 octobre, sa thèse* présente une étude inédite chiffrant la charge de travail non médicale des généralistes libéraux. Car ces tâches, particulièrement chronophages, freinent l'attractivité de l'exercice.

 

Egora.fr : Pourquoi avoir choisi cette problématique pour votre thèse ?

Jean-Baptiste Prunières : Les stages en libéral et les remplacements m'ont montré qu'il y avait un grand nombre de tâches qui ne relevaient pas de notre métier. Ces tâches annexes prennent un temps important, notamment en fin de journée de consultations quand on est fatigué et qu'on voudrait rentrer chez soi...

C'est une surcharge importante de travail que les médecins aimeraient pouvoir déléguer, mais souvent ils ne font pas pour des raisons financières. J'ai par exemple fait un stage chez un généraliste qui effectuait lui-même l'entretien de son cabinet médical : une à deux fois par semaine, il prenait sa serpillère et son balai et faisait son ménage…  Autre frein à la délégation : les médecins ne trouvent pas forcément les prestataires spécialisés dans les professions médicales. Ils rentrent dans une sorte d'engrenage.

 

Y étiez-vous préparé ?

On n'est pas formé en tant qu'interne à la gestion du cabinet, administrative ou autre, c'est quelque chose que l'on découvre sur le tas. Même si les maitres de stage essaient de plus en plus de prendre quelques heures pour expliquer comment ça fonctionne.

La surcharge administrative est à l'origine d'une perte d'attractivité de l'exercice libéral. "Redonner du temps médical", c'est une revendication forte des représentants syndicaux et ordinaux. C'était la priorité de 98% des 30.000 répondants de la grande consultation menée par le Conseil national de l'Ordre des médecins. La mise en place des assistants médicaux répond à cette préoccupation.

 

En moyenne, les 121 médecins généralistes libéraux qui ont répondu à votre enquête consacrent 13 heures par semaine aux tâches non médicales**, soit 22 à 33% de leur temps de travail hebdomadaire (moyenne : 57 heures). Ces chiffres vous ont-ils surpris ? Est-ce plus ou moins qu'avant ?

Les précédentes études, qui abordaient plus largement le temps de travail des généralistes, évaluaient le temps accordé à...

7 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…