"Une priorité vitale en danger" : des médecins et patients proposent des "solutions concrètes" pour relancer les greffes d'organes

23/02/2024 Par C.S.
Santé publique
Dans une tribune, publiée ce jeudi 22 février dans les colonnes du Parisien, des représentants de médecins et de patients lancent un cri d'alerte. Ils soutiennent que la greffe d'organes est une "priorité vitale en danger", et proposent des "solutions concrètes" pour prioriser et relancer l'activité de transplantation en France.  

 

La greffe d'organes est "une priorité vitale en danger". Dans une tribune parue ce jeudi 22 février dans Le Parisien, plusieurs collectifs et associations de médecins et de patients appellent à la mise en place de "solutions concrètes" en faveur des greffes d'organes. Reparti à la hausse en 2023, le nombre de transplantations en France reste loin de son niveau d'avant Covid. Dans ce contexte, les signataires rappellent que "près de 22 0000 patients sont en attente d'une greffe d'organe" dans l'hexagone. L'an dernier, "plus de 800 sont morts […] faute d'avoir été greffés".  

"Le plan Greffe 2022-2026, dévoilé par le ministère de la Santé et des Solidarités le 14 mars 2022, l’énonçait clairement : le prélèvement et la greffe d’organes sont des activités de santé publique qui constituent une 'priorité nationale'. Innovations, financements, feuille de route et objectifs chiffrés dessinaient alors les contours d’un programme ambitieux et nécessaire", rappellent les collectifs et associations de médecins et de patients, comprenant notamment la SFT, la SFMPOT et l'AFU*. 

Malgré des chiffres encourageants en 2023, l'activité de transplantation "souffre à la fois des maux de l'hôpital et du manque d'application de son statut prioritaire", prolongent les signataires.  

Plus précisément, ces derniers affirment constater "plusieurs facteurs impact[ant] négativement le prélèvement et la greffe d’organes, notamment pour les greffes rénales réalisées à partir de donneur vivant". "Parmi ces freins, écrivent-ils, de nombreuses difficultés d’accès aux blocs opératoires, des arbitrages complexes de priorisation d’activités au sein des CHU – dont les missions mériteraient d’être recentrées –, un manque criant de personnels soignants et l’absence de fléchage clair des ressources allouées à la greffe".  

Ces obstacles ne sont pas les seuls, d'après les signataires. À ceux-ci "s’ajoute la progression inédite du taux d’opposition au don d’organes, qui atteint actuellement 36,1% en France et altère la capacité de croissance des activités de transplantation dans notre pays", indiquent-ils.  

 

Plusieurs "solutions concrètes"  

Face à ce constat, et "afin de remplir les objectifs du plan Greffe", ces collectifs et associations proposent des "solutions concrètes, qu'il faudrait mettre en œuvre sans attendre". Parmi elles, la nécessité de "prioriser de façon concertée les activités de prélèvement et de transplantation au sein des établissements et sanctuariser des temps opératoires dédiés à l’activité de transplantation à partir de donneurs vivants".  

Ils proposent également de "renforcer les équipes de coordination et l’attractivité pour l’ensemble de la filière", et appellent à "soutenir activement l'ensemble de la communauté médicale et chirurgicale participant à la filière greffe". Et ce, " de l’accès et de l’inscription à la liste d’attente, jusqu’à l’organisation du suivi après transplantation", soulignent les signataires de la tribune. 

"Il ne doit y avoir ni fatalité, ni résignation", complètent-ils, précisant que "tous les leviers disponibles doivent être actionnés avec les directions hospitalières, les soignants et les patients, pour favoriser l’atteinte des objectifs du plan Greffe 2022-2026 et soutenir le travail des coordinations hospitalières de prélèvement et des équipes de transplantation".  

 

*La Société francophone de transplantation, la Société française de médecine de prélèvements d'organes et de tissus, et l'Association française d'urologie. 

 

[avec Le Parisien

 
Vignette
Vignette

G à 30 euros : médecins, allez-vous anticiper l'augmentation tarifaire ?

Avocat  Du Diable

Avocat Du Diable

Non

Même si cette augmentation est justifiée , sur le plan fiscal c'est un massacre = pas d'abattement sur les charges sociales . Vous... Lire plus

2 commentaires
4 débatteurs en ligne4 en ligne
Photo de profil de Sophie Sugier
5,7 k points
Débatteur Passionné
Médecins (CNOM)
il y a 4 mois
La France a promut plus la dialyse que les greffes de donneur vivant alorsque les usa utilisent pour rein et aussi foie depuis plus de 15 ans .et surtout le manque de connaissance de la population . ...Lire plus
Photo de profil de Henri Baspeyre
11,3 k points
Débatteur Passionné
Chirurgie générale
il y a 4 mois
il faut faire des économies!...Lire plus

La sélection de la rédaction

Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17