Un troisième patient guéri du VIH après une greffe de moelle osseuse

21/02/2023 Par Mathilde Gendron
Recherche
Un patient allemand est officiellement guéri du VIH. Après quatre ans sans prendre son traitement, aucune trace du virus n’a été détectée par les médecins. Le patient avait subi une greffe de moelle osseuse, après avoir été atteint d’une leucémie. Une mutation génétique présente dans la greffe est à l’origine de sa guérison.

Un “patient de Düsseldorf” (Allemagne) atteint du virus de l'immunodéficience humaine (VIH), n’a finalement plus aucune trace du virus dans son organisme, annonce la revue scientifique Nature Medicine, d’après plusieurs travaux. Ce patient avait subi une greffe de cellules souches pour traiter une leucémie, il a finalement pu arrêter son traitement antirétroviral contre le VIH en 2018, explique le consortium international IciStem. Depuis, les chercheurs n’ont pas retrouvé de particules virales, ni de réservoir viral activable, ni de réponses immunitaires contre le virus dans l’organisme du patient. Pour l’instant, seuls deux cas de guérison par greffe de cellules souches ont été officiellement révélés dans des publications scientifiques. Un premier patient à Berlin (Allemagne) en 2009 et un second à Londres (Angleterre) en 2019. En 2022, deux autres guérisons avaient également été dévoilées par la communauté scientifique, mais les publications scientifiques à ce sujet n’ont pas encore été publiées.

Les chercheurs remarquent un point en commun parmi tous ces patients guéris. Ils étaient tous atteints d’un cancer du sang et ont bénéficié d’une greffe de cellules souches. C’est cette greffe qui a permis de renouveler en profondeur leur système immunitaire. Le donneur portait une mutation génétique rare du gène CCR5, qui empêche l’entrée du VIH dans les cellules. Mais cette mutation génétique est très rare, puisque moins de 1% de la population le porte. "Lors d'une greffe de moelle osseuse, les cellules immunitaires du patient sont remplacées intégralement par celles du donneur, ce qui permet de faire disparaître l'immense majorité des cellules infectées", explique, le virologue Asier Sáez-Cirión, un des auteurs de l'étude. "Il s'agit d'une situation exceptionnelle quand tous ces facteurs coïncident pour que cette greffe soit un double succès de guérison, de la leucémie et du VIH", a-t-il poursuivi. Mais les chercheurs rappellent que les greffes de moelle osseuse sont des opérations très lourdes et risquées, et qu’elles ne sont pas possibles pour toutes personnes porteuses du VIH. [Avec AFP]

 
Vignette
Vignette

SAS : accepterez-vous de partager votre agenda ?

Pierre Nevians

Pierre Nevians

Non

A tout problème complexe, il y a une solution simple .... et fausse. Il faut cesser de voir la médecine libérale comme une rustin... Lire plus

0 commentaire
4 débatteurs en ligne4 en ligne





La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17