Surveillance du Covid à domicile : les patients pourront bénéficier de la prise en charge d'un oxymètre

26/04/2021 Par Aveline Marques
Santé publique
Un arrêté paru le 24 avril au Journal officiel définit les conditions de prise en charge d'un oxymètre de pouls à domicile et les modalités de cette "surveillance renforcée", afin d'"anticiper" l'aggravation des symptômes de Covid chez les patients contaminés, à risque de forme grave ou présentant des signes respiratoires.

  "La forte augmentation de patients atteints par le Covid-19 nécessite d'améliorer l'anticipation de l'aggravation des symptômes du patient à domicile", indique cet arrêté, daté du 23 avril, qui prévoit en conséquent " la prise en charge de la mise à disposition d'un oxymètre de pouls". Depuis le début de l’épidémie, en effet, "un nombre important de patients sont admis en unité de soins critiques directement depuis la ville après une première prise en charge par Smur ou en service des urgences, relève la DGS dans un urgent daté du 26 avril. Ces admissions peuvent être la conséquence d’un suivi non médicalisé après la positivité d’un test, d’un rajeunissement des patients concernés moins sensibles aux risques d’aggravation ou encore du caractère silencieux d’une hypoxémie." Conformément aux recommandations de la Haute Autorité de santé, une "surveillance renforcée" avec un oxymètre de pouls à domicile est indiquée pour les patients diagnostiqués positifs présentant des signes d'infection respiratoires, ou présentant des facteurs de risque de forme grave et/ou étant âgés de plus de 65 ans. Le patient doit avoir une "autonomie suffisante pour lui permettre la réalisation de cette surveillance, ou bénéficier d'un entourage qui puisse l'assurer". "A défaut, un infirmier doit être mobilisé", stipule l'arrêté. Elle est réalisée au moins trois fois par 24 heures. La surveillance est mise en place par le médecin généraliste, après le diagnostic de Covid. Ce dernier prescrit l'oxymètre (en location) pour une durée d'une semaine renouvelable une fois. Une consultation de contrôle est effectuée entre 6 et 12 jours après le début des symptômes. La surveillance de la SpO2 sera levée au 14e jour en cas d'évolution favorable.

Sources : Legifrance et DGS

Approuvez-vous la proposition de l'Assurance maladie de dérembourser les prescriptions des médecins déconventionnés ?

Jean-Marc Juvanon

Jean-Marc Juvanon

Non

Il est évident que le "consentement à l'impôt", en l'occurrence les cotisations sociales obligatoires, va etre remis en cause. En ... Lire plus

0 commentaire
14 débatteurs en ligne14 en ligne





 
Vignette
Vignette

La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17