Polluants : les enfants sont plus imprégnés que les adultes

04/09/2019 Par Marielle Ammouche
Santé publique
Santé publique France vient de publier des nouvelles données inquiétantes concernant l’imprégnation de la population à plusieurs polluants de l’environnement, ayant une action perturbatrice endocrinienne et/ou cancérigène.

  Cette étude basée sur l’enquête Esteban mesure ainsi, pour la première fois, les taux de près de 70 biomarqueurs d'exposition à différents polluants tels que les bisphénols, phtalates, parabènes, éthers de glycol, retardateurs de flamme bromés et composés perfluorés, dans un échantillon représentatif de 1104 enfants et 2503 adultes. Les résultats montrent une large imprégnation de la population puisque ces 6 polluants sont présents dans l’organisme de l’ensemble des adultes et des enfants. Les niveaux mesurés sont comparables à ce qui est observé aux Etats-Unis et au Canada, à l’exception des retardateurs de flamme bromés, des bisphénols S et F et des parabènes. En outre, les niveaux observés chez les enfants apparaissent supérieurs à ceux des adultes. Ceci pourrait être lié à "des contacts cutanés et de type "main bouche" plus fréquents pour des produits du quotidien (jouets, peintures…) ; des expositions plus importantes liées par exemple à une exposition accrue aux poussières domestiques ou à un poids corporel plus faible par rapport à leurs apports alimentaires, comparativement aux adultes", explique Santé publique France. Deuxième stratégie nationale sur les perturbateurs endocriniens Les sources n’exposition ne seraient pas uniquement alimentaires, mais pourraient aussi être constituées par les produits cosmétiques et de soins (parabènes et des éthers de glycol). Quoi qu’il en soit, la fréquence de l’aération du logement a une influence en particulier concernant les perfluorés et des retardateurs de flamme bromés. C’est face à ce constat qu’Élisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire, Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, et Adrien Taquet, secrétaire d’Etat chargé de la Protection de l’Enfance, ont présenté, le 3 septembre, la deuxième stratégie nationale sur les perturbateurs endocriniens. L’objectif est de réduire l’exposition de la population à ces produits ainsi que la contamination de l’environnement par diverses actions concernant en particulier la recherche pour améliorer les connaissances, la formation des professionnels, l’information du public, et un meilleur encadrement réglementaire. Une liste de perturbateurs endocriniens sera publiée dès 2020, des campagnes d’information, et un site internet  "Agir pour bébé", seront mis en place.

Approuvez-vous la proposition de l'Assurance maladie de dérembourser les prescriptions des médecins déconventionnés ?

Valérie Briole

Valérie Briole

Non

Comment les patients qui cotisent à la sécurité sociale et à leur mutuelle de façon obligatoire, vont accepter de ne percevoir en ... Lire plus

0 commentaire
19 débatteurs en ligne19 en ligne





 
Vignette
Vignette

La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17