Pesticides : un lien avec six maladies graves

01/07/2021 Par Marielle Ammouche
Santé publique
Une expertise de l’Inserm, qui vient d’être publiée, confirme la nocivité des pesticides sur le plan sanitaire, avec une "présomption forte" de leur impact sur six maladies graves, cancéreuses (prostate, lymphomes non hodgkiniens, myélomes multiples), neurologiques (maladie de Parkinson, les troubles cognitifs) et respiratoires (BPCO). Pour les quatre premières pathologies, un lien avec une exposition professionnelle à certains pesticides avait déjà été mis en évidence lors de la précédente expertise de l'Inserm, en 2013. A la lumière des dernières connaissances scientifiques, cette liste passe donc de quatre maladies à six.

Pour ce travail, l'Inserm a analysé l'ensemble de la littérature scientifique existante, soit quelque 5.300 résultats d'études. "L'objectif est d'aider les décideurs" politiques, a expliqué l'un des responsables de l'Inserm, Laurent Fleury, lors d'une visioconférence. Pour autant, les experts ne font pas de recommandations. "Aller plus loin sur ce qu'il faut recommander n'est pas notre métier ni notre objectif", a souligné l'une des expertes, Isabelle Baldi. "Il est plus que temps pour le Gouvernement d'agir vraiment pour une réduction forte de l'usage des pesticides", réagit François Veillerette, porte-parole de l'ONG Générations Futures, dans un communiqué. Le terme "pesticides" regroupe l'ensemble des produits utilisés pour lutter contre les espèces végétales indésirables (herbicides) et les nuisibles (insecticides et fongicides). Ils sont majoritairement utilisés dans l'agriculture mais on les retrouve partout dans l'environnement (air, poussières, denrées alimentaires...). Sur 17 pesticides analysés dans l'expertise, 11 sont associés à au moins deux effets toxicologiques parmi les trois étudiés: le stress oxydant, la toxicité pour les mitochondries (mitotoxicité), et l'action sur le système immunitaire. Les connaissances scientifiques ont parfois évolué depuis 2013. C'est le cas pour les troubles cognitifs: on passe de "présomption moyenne" à "présomption forte" de lien avec "l'exposition aux pesticides, principalement des organophosphorés, chez les agriculteurs". Pour les "riverains de zones agricoles ou la population générale", pris en compte par "les études les plus récentes", l'expertise conclut "à une présomption moyenne". De même, la nouvelle expertise prend en compte la santé respiratoire, contrairement à la précédente: "Une présomption forte entre l'exposition professionnelle aux pesticides et la survenue de bronchopneumopathie chronique obstructive et de bronchite chronique est établie."   Un impact sur les enfants Par ailleurs, l'Inserm confirme que "la grossesse et la petite enfance sont d'une plus grande vulnérabilité face à la présence d'un événement ou agent toxique". Chez l'enfant, l'Inserm évoque une "présomption forte" de lien entre les "leucémies aiguës" et l'exposition aux pesticides de la mère pendant la grossesse. Même l'exposition du père semble parfois pouvoir jouer: il existe une "présomption moyenne" pour la "leucémie aiguë lymphoblastique" de l'enfant "en cas d'exposition professionnelle" du père "en période préconceptionnelle". Pour les tumeurs du cerveau et de la moelle épinière, l'expertise conclut à une "présomption forte d'un lien" avec l'exposition professionnelle des parents avant la naissance. Le même niveau de présomption existe pour le lien entre l'exposition de la mère aux pesticides pendant la grossesse et "les troubles du développement neuropsychologique et moteur de l'enfant", ou encore "des troubles du comportement tels que l'anxiété". Enfin, l'expertise met un coup de projecteur sur plusieurs substances particulièrement médiatiques. Tout d'abord, le glyphosate, pour laquelle elle conclut "à l'existence d'un risque accru de lymphomes non hodgkiniens avec une présomption moyenne de lien". Ensuite, le chlordécone, longtemps utilisé aux Antilles et aujourd'hui interdit. L'expertise confirme une "présomption forte d'un lien entre l'exposition au chlordécone de la population générale et le risque de survenue de cancer de la prostate".

Approuvez-vous la proposition de l'Assurance maladie de dérembourser les prescriptions des médecins déconventionnés ?

Jean-Marc Juvanon

Jean-Marc Juvanon

Non

Il est évident que le "consentement à l'impôt", en l'occurrence les cotisations sociales obligatoires, va etre remis en cause. En ... Lire plus

0 commentaire
1 débatteur en ligne1 en ligne





 
Vignette
Vignette

La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17