Obligation de garde pour les libéraux, AME, médecins étrangers… Ce qu'il faut retenir du discours de Gabriel Attal

30/01/2024 Par C.S.
Politique de santé
Trois semaines après sa nomination à Matignon, Gabriel Attal a prononcé, ce mardi 30 janvier, son discours de politique générale. Devant les députés, il a énoncé les priorités de son nouveau Gouvernement, notamment en matière d'accès aux soins et de santé. 

 

Il souhaite "réarmer notre système de santé". Durant son discours de politique générale, ce mardi, Gabriel Attal a présenté aux députés une série de mesures en faveur de la santé. Obligation de garde pour les médecins libéraux, réforme de l'AME par "voie réglementaire", régularisation des médecins étrangers, hausse du nombre d'assistants médicaux… Après avoir rendu "hommage à tous les soignants", le nouveau locataire de Matignon a affirmé que le Gouvernement allait œuvrer "pour qu’il y ait plus de médecins devant les Français".  

 

Vers un retour des obligations de garde ?

Parmi les mesures avancées pour améliorer le système de santé, le chef du Gouvernement a annoncé que "dès cet été, chaque département devra être doté d’un service d’accès aux soins (SAS) avec des professionnels organisés pour assurer la permanence des soins". Dans les territoires où il n'y aurait pas de réponse suffisante, Gabriel Attal s'est dit "prêt à aller plus loin", et ce "en instaurant des obligations de garde pour les médecins libéraux en soirée ou le week-end dans leur cabinet, à l'hôpital ou en maison de santé".  

 

Un passage à 10 000 assistants médicaux  

Devant l'hémicycle, le chef du Gouvernement s'est également exprimé sur le temps de travail des professionnels de santé. Il s'agit de "libérer les médecins des tâches administratives pour qu'ils se concentrent sur le soin", a-t-il soutenu, annonçant vouloir accélérer le passage de 6 000 à 10 000 assistants médicaux. Une hausse qui représenterait "deux millions et demi de consultations supplémentaires libérées tous les ans pour les patients", a assuré Gabriel Attal.  

 

Faire payer les patients pour les rendez-vous non honorés 

Afin de libérer du temps de soin, le chef du Gouvernement a ensuite décidé de s'attaquer aux rendez-vous non honorés. "Il est insupportable d’avoir chaque jour des patients qui ont rendez-vous et qui ne se présentent pas. […] Je souhaite un principe simple qui se traduise par des mesures claires dès cette année. Quand on a un rendez-vous chez le médecin et qu’on ne vient pas, sans prévenir, on paye", a-t-il tonné, devant une large part des députés.  

 

Réforme de l'AME par "voie réglementaire" 

Lors de son discours, Gabriel Attal a aussi annoncé une réforme de l'aide médicale d'Etat (AME), "avant l'été", et ce "par voie réglementaire". Le chef du Gouvernement a, en effet, assuré qu'il tiendrait "l'engagement" de sa prédécesseure "de réformer l'aide médicale d'Etat" pour les étrangers sans papiers. En décembre dernier, Elisabeth Borne avait promis de réformer ce dispositif début 2024. "Nous le ferons avant l'été par voie réglementaire", sur la base du rapport de l'ex-ministre PS Claude Evin et de la figure LR Patrick Stefanini, a ainsi souligné Gabriel Attal. 

 

Régularisation des médecins étrangers  

Concernant le nombre de médecins sur le territoire, le Premier ministre a rappelé l'importance d'accroître le nombre de praticiens. En attendant que la réforme du numerus clausus – devenu numerus apertus – puisse faire ses preuves, il appelé à la mise en place de "solutions fortes toute de suite". Comme annoncé par Emmanuel Macron début janvier, "nous procéderons à la régularisation des médecins étrangers sur notre territoire. C’est pourquoi aussi, je vous l’annonce, je nommerai un émissaire chargé d’aller chercher à l’étranger des médecins qui voudraient venir exercer en France", a-t-il affirmé.    

 

Priorité donnée à la santé mentale des jeunes  

Poursuivant son discours, le chef du Gouvernement a annoncé vouloir "faire de la santé mentale de notre jeunesse une grande cause de notre action gouvernementale". Parmi les mesures envisagées, il a avancé une "réforme" du dispositif Mon soutien psy, mis en place en 2022. "Nous allons le réformer de fond en comble", a-t-il poursuivi, proposant aussi vouloir "mailler notre territoire de maisons départementales des adolescents." "Il y en a 50 aujourd'hui, je souhaite qu'il y en ait une par département", a-t-il dit. 

 

[avec AFP, Le Monde et La Croix] 

 
Vignette
Vignette

65 commentaires
10 débatteurs en ligne10 en ligne
Photo de profil de L. K.
2,2 k points
Débatteur Passionné
Aide Médicale Urgente
il y a 5 mois
Ok, donc on sera le nouvel Eldorado de l'immigration médicale, qui va tout tirer vers le bas (et je ne parle pas de compétence, bien que ça soit parfois le cas mais pas propre au fait d'être étranger)...Lire plus
Photo de profil de Jean Pierre Salleras
216 points
Anesthésie-réanimation
il y a 4 mois
Il faut bien considérer que les solutions qui sont proposées dans ce chapitre ne concernent que très peu de médecins. Peu d’étudiants français ayant raté les examens de première année sont partis à l...Lire plus
Photo de profil de Fabien Bray
5,2 k points
Débatteur Passionné
Médecins (CNOM)
il y a 5 mois
Que c'est triste... J'ai une pensée pour les recalés du P1 d'il y a 10 ans, savoir qu'ils seront remplacés par des médecins étrangers bien moins cher doit sûrement les réconforter! Remettre sur le ta...Lire plus

La sélection de la rédaction

Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17