"Le coût de la revalorisation de la consultation des médecins n'est pas prévu" : les sénateurs attaquent le PLFSS 2024

10/11/2023 Par Aveline Marques
Politique de santé
Après un rejet inédit en commission des Affaires sociales de l'Assemblée et une adoption au forceps par la procédure du 49.3 en séance plénière, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2024 poursuit son parcours législatif au Sénat. Mercredi 8 novembre, la commission des Affaires sociales de la chambre haute a elle aussi rejeté l'Ondam 2024, jugé "insincère", et adopté plus de 150 amendements, dont une taxe pour les patients posant des lapins aux professionnels de santé. 

 

"On met plus d'argent pour des déficits qui sont plus importants et pour une qualité des soins qui est en diminution, et des situations de personnels de plus en plus difficiles", a résumé le sénateur Philippe Mouiller (LR), lors d'une conférence de presse présentant le rapport sur le PLFSS 2024 adopté mercredi par la commission des Affaires sociales de la chambre haute, qu'il préside, ainsi que les 152 amendements apportés au texte en amont de sa discussion en séance publique.  

Les sénateurs de la commission ont rejeté la trajectoire financière présentée par le Gouvernement, marquée par des "hypothèses optimistes" et par une "aggravation du déficit" (17.5 milliards en 2027). Pour Elisabeth Doineau (UDI), rapporteure générale du texte, "c'est un aveu d'impuissance". "On transmet la dette sociale aux générations futures." 

Les sénateurs ont également rejeté l'Ondam 2024 (+3.2%), qualifié "d'insincère", jugeant les dépenses "sous-estimées". Alors que la Cnam rouvrira les négociations conventionnelles avec les médecins libéraux le 15 novembre prochain, le coût de la revalorisation des tarifs de consultation ne semble pas avoir été intégré dans le sous-Ondam de ville (+3.5%) en tant que dépense supplémentaire, soulignent les élus de la commission. "Le coût de la revalorisation de la consultation, là en clair, c'est pas prévu, pointe Elisabeth Doineau, à moins de trouver des économies par ailleurs. En tout cas telles que les choses sont présentées, on peut se dire qu'il n'y aura pas d'augmentation de la consultation…" 

Les sénateurs regrettent les non-dits, en particulier concernant le possible doublement de la franchise médicale et des participations forfaitaires, dont les économies (autour de 800 millions d'euros) sont pourtant chiffrées dans le PLFSS. Pour éviter que la mesure soit purement et simplement renvoyée à un texte réglementaire, ils portent un amendement "qui oblige à revenir devant les commissions des Affaires sociales". "On devrait poser le sujet de la responsabilité sur la table, insiste Elisabeth Doineau. Aujourd'hui, les citoyens ne se rendent pas compte du coût des soins et des médicaments, on devient plus consommateurs que patients."  

Raison pour laquelle la commission est favorable à un amendement qui "vise à mettre à la charge des assurés n'honorant pas un rendez-vous en soins de ville une somme forfaitaire fixée par décret, au bénéfice de l'assurance maladie". "Une partie de cette somme, définie dans le cadre des négociations conventionnelles, pourrait être reversée par l'assurance maladie aux professionnels de santé concernés en indemnisation", expose la sénatrice Corinne Imbert (LR), rapporteure pour la branche maladie. 

De manière générale, les sénateurs de la commission déplorent un manque "de réformes structurelles, de fond", qui a pour effet de diminuer la portée des mesures présentées chaque année devant le PLFSS. 

En revanche, ils souhaitent reporter au 1er janvier 2028 (après trois ans d'expérimentation) la réforme du financement des activités de médecine-chirurgie-obstétrique des établissements hospitaliers, jugeant la réforme du Gouvernement "non aboutie". 

Autres modifications notables : la révision du mécanisme de la clause de sauvegarde pour les laboratoires et la suppression de l'obligation de délivrance de médicaments à l'unité en cas de pénurie. La commission soutient, en revanche, la possibilité pour les pharmaciens de délivrer des antibiotiques en cas de cystite ou d'angine si le test réalisé est positif, ainsi que la possibilité pour la CPAM de suspendre automatiquement les IJ en cas d'arrêt de travail jugé injustifié par le médecin contrôleur diligenté par l'employeur. 

 
Vignette
Vignette

G à 30 euros : médecins, allez-vous anticiper l'augmentation tarifaire ?

Thomas Grenier

Thomas Grenier

Oui

25 euros de 2017 = 30 euros en 2024. Juste un rattrapage de l’inflation après des années de paupérisation. Rien de prévu pour les ... Lire plus

14 commentaires
2 débatteurs en ligne2 en ligne
Photo de profil de Francois Cordier
1,2 k points
Débatteur Passionné
Médecine générale
il y a 7 mois
"Aujourd'hui, les citoyens ne se rendent pas compte du coût des soins et des médicaments, on devient plus consommateurs que patients."  Tu parles ! ! ! Comme si le consumérisme des services "gratuit...Lire plus
Photo de profil de Christiane Kouji
3,7 k points
Débatteur Passionné
Médecins (CNOM)
il y a 8 mois
Comme le disent très bien mes confrères, 1/ nous allons une fois de plus auto- financer la pseudo revalorisation par d'autres économies dont nous aurons la charge, mais on a l'habitude depuis 30 ans...Lire plus
Photo de profil de Fabien Bray
5,3 k points
Débatteur Passionné
Médecins (CNOM)
il y a 8 mois
S'il s'avère que ce n'est pas prévu, ou pire s'il s'avère que l'augmentation est prévue à budget équivalent, cela signifie que l'augmentation du C sera directement compensée par une diminution d'une a...Lire plus

La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17