"Ce n'est pas une question de moyens, mais d'organisation" : la réponse de Macron aux hospitaliers [VIDEO]

06/10/2020 Par Louise Claereboudt
Politique de santé
Alors qu’il visitait une association soutenant les aidants, ce mardi matin à Paris, le président de la République a été interpellé par des soignants de l’hôpital voisin qui demandaient des augmentations salariales plus importantes.

“Le Covid, qu’on le veuille ou non, crée de la pression quand on arrive à la phase d’hospitalisation. Quand la vague est à un tel niveau, ce n’est plus qu’une question de moyens, c’est une question d’organisation”, a répondu Emmanuel Macron à un petit groupe de soignants regroupés dans la rue, ce mardi midi, devant l’hôpital Rothschild. Alors que le chef de l’Etat visitait une association de soutien aux aidants non loin de là, les personnels hospitaliers, munis d’une banderole, ont réclamé “plus de fric pour l’hôpital public”. Assurant ne pas vouloir “laisser tomber l’hôpital”, Emmanuel Macron a défendu l’engagement du Gouvernement pour les établissements de santé. Les soignants réunis ont toutefois exprimé leurs inquiétudes quant aux accords du Ségur de la santé, signés en juillet dernier. “Le Ségur est un énorme changement. Ces 8 milliards et demi vont quand même changer la vie des personnels et les salaires”, a de son côté assuré le président Macron, qui a assuré que “cela n’avait jamais été fait”. Une réponse qui n’a pas satisfait les personnels qui estiment que les 183 euros de hausse de salaire, qui seront versés en deux temps, ne sont pas suffisants.

“On ne peut pas attendre!” Les soignants se sont par ailleurs alarmés face à la baisse considérable d’attractivité de l’hôpital public. “Je n’ai plus d’arguments pour motiver les jeunes afin qu’ils restent avec nous. Le coup des 90 euros n’est pas passé je vous le dis. C’est mieux que rien, c’est vrai, mais ce n’est pas encore assez”, a déploré un brancardier. Une autre soignante a, quant à elle, maintenu l’importance de modifier la gouvernance et le financement de l’hôpital pour améliorer l’attractivité. Face aux interpellations insistantes des professionnels de santé et agents hospitaliers, Emmanuel Macron leur a demandé de patienter, le temps que le Parlement examine le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour l’année 2021, qui permettra de mettre en oeuvre les mesures actées cet été. Une demande difficile à encaisser pour ces personnels qui sont de nouveau débordés par l’afflux de patients Covid. “On ne peut pas attendre. Cela fait un an qu’on dit que ça ne va pas. Et c’est seulement grâce au Covid qu’il y a eu quelque chose”, ont-ils conjointement répondu.    

     

 
Vignette
Vignette

G à 30 euros : médecins, allez-vous anticiper l'augmentation tarifaire ?

Avocat  Du Diable

Avocat Du Diable

Non

Même si cette augmentation est justifiée , sur le plan fiscal c'est un massacre = pas d'abattement sur les charges sociales . Vous... Lire plus

0 commentaire
3 débatteurs en ligne3 en ligne





La sélection de la rédaction

Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17