Jérôme Salomon licencié de l'Institut Pasteur en 2012 dans des circonstances troublantes | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Jérôme Salomon licencié de l'Institut Pasteur en 2012 dans des circonstances troublantes

Le Parisien révèle que le Pr Jérôme Salomon a été licencié "pour cause réelle et sérieuse" de l'Institut Pasteur dans d'étranges conditions en octobre 2012, sur fond de lettre anonyme et d'accusations calomnieuses. 

En octobre 2012, le Pr Jérôme Salomon, alors responsable de la division internationale de l'Institut Pasteur, aurait fait l'objet d'un licenciement pour "cause réelle et sérieuse", révèle Le Parisien.  

Officiellement, il s'agissait de mettre un terme à un cumul de fonctions après sa nomination en tant que professeur au Conservatoire national des arts et métiers. Officieusement, l'actuel directeur général de la Santé était soupçonné d'avoir calomnié un haut responsable de l'Institut Pasteur par le biais d'une lettre anonyme lourde d'accusations. Dans ce courrier dactylographié que Le Parisien a pu consulter, l'auteur se dit victime de harcèlement sexuel, de corruption et de menace de mort de la part du dirigeant. Il l'accuse de pédophilie, de zoophilie et de sadomasochisme et menace de se suicider.  

Sur ces fondements, une enquête préliminaire est ouverte par la Brigade de répression de la délinquance contre les personnes, et classée sans suite en novembre 2012. Le haut responsable en question porte plainte contre X pour dénonciation calomnieuse, plainte également classée.  

Mais entre-temps, Jérôme Salomon, soupçonné par deux personnes (dont le responsable) d'être le corbeau, quitte son poste à l'Institut dans des circonstances étranges : à l'issue d'un entretien, il aurait été prié de remettre immédiatement ses clés, badge, chéquier et carte de paiement, avant d'être raccompagné à la sortie par un agent de la sécurité. Des mesures "d'allure disciplinaire" prises "de façon inexpliquée et particulièrement brutale" dont il se serait ému dans un courrier à Alice Dautry, la directrice générale de l'Institut Pasteur. Dans un mail, William Dab, ancien directeur général de la Santé et alors directeur de l'école du Cnam, aurait également dénoncé le traitement réservé au médecin. "Je ne peux pas rester sans réagir à la manière dont vos collaborateurs ont chassé le professeur Jérôme Salomon comme s'il s'agissait d'un délinquant", écrit-il à la directrice de l'Institut. Des courriers que Le Parisien affirme avoir consultés.  

Contactés par le quotidien, les protagonistes de cette affaire n'ont pas souhaité s'exprimé. Interviewé par le Parisien, l'avocat de Jérôme Salomon assure que son licenciement s'est transformé "en un départ convenu" et que le médecin a conservé de bonnes relations avec son ancien employeur. "Personne ne l'a jamais mis en cause, ni à Pasteur ni ailleurs", et la "lettre anonyme n'a rien à voir avec Jérôme Salomon", assure Me Pierre-Olivier Sur. 

[avec LeParisien.fr] 

15 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…