Insuffisance rénale : "Notre système présente de graves défauts que nous devons tous reconnaître" | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Insuffisance rénale : "Notre système présente de graves défauts que nous devons tous reconnaître"

Jean-Pierre Lacroix, vice-président de l'association de patients Renaloo, dénonce la prise en charge inadaptée de l'insuffisance rénale en France, qui souffrirait d'un recours trop massif à la dialyse et d'un manque de diversité des prises en charge. Il demande également davantage de transparence sur les données disponibles en la matière.

La prise en charge de l'insuffisance rénale chronique est-elle à la hauteur en France ? Jean-Pierre Lacroix, vice-président de l'association Renaloo, nous a fait parvenir son témoignage. Ce patient aguerri, passé par de nombreuses associations, n'a que du bien à dire de ses médecins. Mais il dresse un constat sévère de la situation globale : inégalités d'accès à la greffe de rein selon les régions, inscriptions trop tardives en liste d'attente, problème d'accès à la dialyse à domicile, manque de moyens pour le prélèvement… 

Un mot sur le contexte. La prise en charge des 85 000 patients insuffisants rénaux graves fait l'objet de critiques croissantes ces dernières années. Le problème central est, bien sûr, le manque de reins disponibles par rapport à la demande. Pour la première fois, après huit ans de hausse continue, le nombre de transplantations rénales a diminué en France : 5 781 en 2018, soit 324 de moins que l'année précédente. En 2017, environ 16 000 patients étaient en attente de greffe.

Mais c'est surtout la dialyse qui focalise les critiques. Un rapport de la Cour des comptes, publié en septembre 2015, a mis le feu aux poudres. Intitulé "L’insuffisance rénale chronique terminale : favoriser des prises en charge plus efficientes", il pointe le coût élevé des dialyses, les marges importantes de certains centres spécialisés, et les salaires confortables des néphrologues libéraux, d'où une "incitation au statu quo des modes de prise en charge". A l'heure actuelle, les patients dialysés sont toujours plus nombreux (55 %) que les patients transplantés (45 %).

L'affaire de l'Aurar à la Réunion, cette association privée à but non lucratif soupçonnée d'avoir maintenu...

2 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…