Suspendu par l'Ordre, un généraliste ne se sent pas concerné et poursuit son activité

30/03/2022 Par Marion Jort
Déontologie

Un médecin généraliste condamné à trois ans d’interdiction d’exercice par l’Ordre pour avoir entre autres exercé de la médecine foraine a fait savoir qu’il ne se sentait pas concerné par cette décision.  

Les images de son arrestation musclée ont fait le tour du web en quelques heures. En septembre dernier, un généraliste tahitien avait été interpellé pour avoir agressé un huissier, venu lui signifier que des plaintes pour médecine foraine avaient été déposées à son encontre et qu’une procédure avait été ouverte. A la suite de cet épisode, les forces de l’ordre étaient venues l’arrêter, mais le médecin s’était violemment débattu. Selon la chaîne de télévision la 1ère, il aurait également exercé bénévolement sur son lieu de résidence.  

L’Ordre des médecins, après avoir étudié les plaintes à son encontre, l’a condamné à trois ans d’interdiction d’exercice dont deux avec sursis. Il lui est notamment reproché de ne pas avoir respecté le code de déontologie, d’avoir prescrit de l’hydroxychloroquine contre le Covid et ses pratiques “foraines”. Selon des témoins, le Dr Jean-Paul Théron aurait également insulté le ministre de la Santé et le vice-président du conseil de l’Ordre. 

Lors de son jugement, le praticien ne s’est pas présenté, affirmant “ne pas avoir été averti”. “Je n’ai pas été signifié de la plainte, je n’ai pas été convoqué non plus. Je sais par la presse et des indiscrétions que je fais l’objet d’une plainte. Je ne pouvais pas ni moi, ni mes avocats, être devant le tribunal administratif puisque je ne savais même pas que je devais y aller", a-t-il affirmé  

Le médecin considère donc qu’il n’est pas en interdiction d’exercice, ajoutant qu’il a “pitié des gens qui ont pris ces décisions." “Je rassure mes patients sur le fait qu’ils n’ont pas été soignés par un charlatan, ils ont été soignés par un médecin en règle et qui ne faisait que répondre au devoir sacré d’assistance à personne en danger”, a-t-il assuré à la télévision 1ère.  

De son côté, le Conseil de l’Ordre a estimé que le Dr Théron avait “discrédité la population médicale” et a assuré que la plainte a originellement été déposée par le Gouvernement de la Polynésie française. Le généraliste dispose de deux mois pour faire appel.  

[avec 1ère]  

Vignette
Vignette
0 commentaire
3 débatteurs en ligne3 en ligne





La sélection de la rédaction

Rémunération
"La visite à domicile ne survivra pas à l’été" : le cri d'alarme de SOS Médecins
02/04/2024
13
Assistant médical
"Il faut arriver à transposer l'assistant médical dans une notion d'équipe": aux Rencontres d'AVECsanté...
03/04/2024
4
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17
"Ils ont une peur primaire de la psychiatrie" : pourquoi les étudiants en médecine délaissent cette spécialité
27/02/2024
28
Podcast
"C'est assez intense" : reportage dans un centre de formation des assistants médicaux
01/03/2024
9