Propos antivax : le Pr Joyeux sanctionné de deux ans d'interdiction d'exercice par l'Ordre des médecins

05/09/2023 Par Aveline Marques
Déontologie
[INFO EGORA] Radié en 2016, avant que la décision ne soit annulée, le cancérologue Henri Joyeux vient d'être à nouveau interdit d'exercice par l'Ordre des médecins. Dans une décision rendue publique vendredi 1er septembre, la chambre disciplinaire nationale lui reproche ses prises de position sur la vaccination des nourrissons et des enfants, en particulier contre le HPV et l'hépatite B, qui avaient fait l'objet de deux pétitions largement diffusées auprès du grand public. 

 

"En critiquant de manière alarmiste, sans s'appuyer sur des données acquises de la science", les préconisations du ministère de la Santé sur l'administration du vaccin contre l'hépatite B et du vaccin hexavalent, et l'avis sur la vaccination contre le papillomavirus émis par le Haut Conseil de santé publique (qui préconisait d'abaisser à 9 ans la vaccination des jeunes filles), le Pr Henri Joyeux a manqué à son obligation déontologique d'"apporter son concours à l'action entreprise par les autorités compétentes en vue de la protection de la santé et de l'éducation sanitaire", considère la chambre disciplinaire nationale de l'Ordre des médecins. Dans une décision publiée vendredi 1er septembre, qu'Egora a pu consulter, elle sanctionne le médecin, qualifié en chirurgie viscérale et en cancérologie, d'une interdiction d'exercice de deux ans, qui doit prendre effet le 1er janvier 2024.  

La chambre disciplinaire, amenée à statuer sur l'affaire Joyeux une deuxième fois suite à l'annulation d'une première décision par le Conseil d'Etat en 2018, reproche également au professeur de ne pas avoir étayé ses critiques par les données acquises de la science. Dans une pétition diffusée en 2014 contre l'abaissement de l'âge de la vaccination contre le HPV, il avait mis en garde les parents contre des "risques de cancer" générés par le vaccin. Dans une autre pétition, diffusée en 2015 et qui a recueilli plus d'un million de signatures, le médecin s'était élevé contre le vaccin hexavalent DTP-coqueluche-HiB-hépatibe B, imposé de fait aux nourrissons étant donné la rupture du vaccin contentant les seules valences DTP, alors les seules obligatoires, alertant contre les dangers des adjuvants aluminiques et contre le risque de sclérose en plaques imputé au vaccin contre l'hépatite B. Dans son blog, le Pr Joyeux faisait allusion à des "poisons" injectés à des nourrissons "directement dans le sang".  

 

La question de la liberté d'expression des médecins 

A l'audience, le 28 juin dernier, le Pr Joyeux avait à nouveau tenté de jouer la carte de l'indépendance que lui confère son statut de professeur des universités. Peine perdue : "les prises de position qui font l'objet de la présente instance sont détachables de toute activité universitaire", a considéré la chambre disciplinaire nationale. Quant au "droit de pétition" dont il s'est prévalu, il "ne s'exerce, en tout état de cause, que dans le cadre de procédures législatives ou règlementaires", a rappelé la chambre. Qui plus est, en faisant "état de sa qualité de professeur", et fort de sa notoriété, le cancérologue n'a pas "agi en tant que simple citoyen". 

Reste la question de la liberté d'expression des médecins. L'article R 4127-13 du code de la santé publique, portant sur l'information du public, pose des limites aux médecins, justifiées par "la protection de la santé", "compte tenu de l'impact que peuvent avoir leurs prises de position publiques", estime la chambre disciplinaire nationale.  

Joint ce mardi après-midi par Egora, l'avocat du Pr Joyeux, Me Jean-François Jésus, n'avait pas encore pris connaissance de la décision. Un pourvoi devant le Conseil d'Etat n'est pas exclu. Une fois les voies de recours nationales épuisées, l'affaire pourrait même aller jusqu'à la Cour européenne des droits de l'homme.  

Approuvez-vous la proposition de l'Assurance maladie de dérembourser les prescriptions des médecins déconventionnés ?

Jean-Marc Juvanon

Jean-Marc Juvanon

Non

Il est évident que le "consentement à l'impôt", en l'occurrence les cotisations sociales obligatoires, va etre remis en cause. En ... Lire plus

18 commentaires
11 débatteurs en ligne11 en ligne
Photo de profil de Paul Touron
231 points
Dermatopathologie
il y a 11 mois
Curieusement, les "autorités compétentes"peuvent se permettre d'affirmer la légère. L'autorisation du"vaccin" COVID aux femmes enceintes n'a pas troublé grand monde....Lire plus
Photo de profil de Christophe Pternitis
24 points
Médecine générale
il y a 11 mois
Dinosaure montpellierain (92 ans) je me permettrais de rappeler au Pr Joyeux qu'il doit sa vie éventuellement sa carrière) à son venerable ...Lire plus
Photo de profil de Anne Yven
2,5 k points
Débatteur Passionné
Médecine générale
il y a 11 mois
Il a sa carrière derrière lui, est à la retraite, alors la sanction ordinale lui passe à + 3000! Il dit ce qu'il pense et il a bien raison!...Lire plus
 
Vignette
Vignette

La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17