"Il m’a dit qu’il faisait de la réflexologie" : un médecin urgentiste accusé d’agression sexuelle par une patiente

21/08/2023 Par Marion Jort
Faits divers / Justice
Une enquête a été ouverte par le parquet de Senlis (Oise) après le dépôt d’une plainte par une patiente de 50 ans, accusant un médecin des urgences de l’avoir agressée sexuellement alors qu’elle attendait d’être prise en charge à l’hôpital de Creil.  

 

“J’ai eu l’impression d’être un bout de viande”, confie aujourd’hui cette patiente de 50 ans au Parisien, ajoutant qu’elle va “mieux” depuis sa sortie du commissariat. Il y a une semaine, elle a décidé de porter plainte contre un médecin de l’hôpital de Creil (Oise) pour des faits de harcèlement sexuel alors qu’elle attendait d’être prise en charge.  

Les faits remontent au mois de juin dernier. Un soir, la quinquagénaire appelle les pompiers après avoir avalé quatre cachets d’anxiolytiques qu’elle prend pour traiter sa dépression. “J’avais besoin qu’on me prenne en charge et qu’on s’occupe de moi”, a-t-elle reconnu devant les policiers. Transportée aux urgences, elle doit attendre de longues heures avant d'être prise en charge par les psychiatres.  

Le lendemain de son arrivée, las de patienter, elle interpelle un médecin qui passe dans le couloir. “Il m’a dit que, justement, les psychiatres voulaient me voir”, se souvient-elle aujourd'hui. Le praticien l’emmène dans un bureau de consultation “éloigné” et lui demande alors de s’asseoir sur un brancard. “Il m’a touché les épaules et m’a dit qu’il me trouvait très tendue, qu’il faisait de la réflexologie (…) Ensuite, il a dégrafé ma blouse et m’a demandé de m’allonger sur le ventre, que cela serait mieux”, confie la patiente à nos confrères, ajoutant qu’elle avait le haut du corps “nu” et qu’elle ne portait pas de sous-vêtement sous son bas de jogging. Selon elle, le médecin lui demande ensuite de s’allonger sur le ventre, mais elle commence à serrer les bras autour de sa poitrine, trouvant la situation “étrange”. Malgré tout, elle l’écoute “comme on écoute un médecin qui nous ausculte”.  

 

 

“Il est descendu jusqu’à mes fesses et il a passé sa main en dessous et m’a caressé les fesses avec les deux mains”, continue-t-elle. Après quelques minutes, elle l’arrête, rattache sa blouse, et regagne le couloir où elle patientait initialement. “Je me suis effondrée.”  

La patiente a finalement été hospitalisée un mois et demi dans un établissement spécialisé dans les troubles mentaux. Elle a décidé de porter plainte pour que le médecin “ne refasse pas subir à une autre femme ce que j’ai vécu”.  

Contacté par Le Parisien, le Groupe hospitalier public du Sud de l’Oise n’a pas donné suite.  

 
[Avec Le Parisien

 
Vignette
Vignette

1 commentaire
5 débatteurs en ligne5 en ligne
Photo de profil de Henri Baspeyre
11,4 k points
Débatteur Passionné
Chirurgie générale
il y a 10 mois
urgentiste réflexologie oxymore çà sent l'escroquerie...Lire plus

La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17