Faux médecins, ils ont pu donner des consultations sur Doctolib : une plainte pour exercice illégal déposée

26/08/2022 Par Aveline Marques
Déontologie Faits divers / Justice
Un faux psychiatre et sa prétendue remplaçante, nouvellement inscrits sur la plateforme de prise de rendez-vous, ont pu exercer et facturer des consultations avant qu'une patiente ne découvre la supercherie et porte plainte, révèle Radio France. Sous le feu des critiques depuis une semaine, Doctolib a annoncé un renforcement de ses procédures de vérification.
 

Une enquête pour exercice illégal de la profession de médecin via Doctolib a été ouverte par le parquet de Montpellier, révèle ce vendredi la cellule investigation de Radio France. Elle fait suite à la plainte déposée par une mère de famille en juin, ainsi que par le conseil départemental de l'Ordre de l'Hérault à l'encontre d'un homme se présentant comme psychiatre et de sa prétendue remplaçante. Le 11 juin dernier, Carole R. prend rendez-vous en visio avec un dénommé David Cantat, "psychiatre de l'enfant et de l'adolescent" sur Doctolib. Elle doit renouveler l'ordonnance de Ritaline de ses deux enfants, âgés de 10 et 11 ans, atteints d'un trouble du déficit de l'attention, mais leur psychiatre habituel est en congés. Le psychiatre propose de nombreux créneaux : rendez-vous est pris pour le 18 juin avec sa remplaçante, une certaine Laura Smith. Le moment venu, la pédopsychiatre, prétextant des problèmes techniques sur Doctolib, appelle Carole R. par Whatsapp, en coupant la caméra.  "À ce moment-là, j’ai une première alerte, explique Carole à Radio France, mais comme j’ai vraiment besoin de cette ordonnance et que j’ai confiance dans Doctolib, je décide de poursuivre." La consultation est "lunaire", d'après la mère de famille : la pseudo-psychiatre ne semble pas même comprendre ce que signifie le sigle TDAH. A la fin de la consultation, elle annonce néanmoins que l'ordonnance de Ritaline sera transmise via la messagerie sécurisée de Doctolib. En lieu et place de la dite prescription, Carole R. reçoit une feuille de soins dont elle doute immédiatement de l'authenticité. Elle décide de faire opposition au prélèvement de la consultation, signale l'incident à Doctolib trois jours plus tard et, inquiète pour les dossiers médicaux de ses enfants transmis à la prétendue pédopsychiatre, porte plainte dans la foulée.

Estimant que la famille a bel et bien eu affaire à de faux médecins et alors que le profil est toujours en activité, leur psychiatre habituel signale à son tour le cas à Doctolib. Une conseillère lui répond le 1er juillet que des investigations sont en cours mais précise que la procédure en vigueur accorde un délai de 15 jours aux nouveaux inscrits pour transmettre les pièces justificatives de leur droit d'exercer. Durant ce laps de temps, les professionnels peuvent donc consulter… Dans cette affaire, le CDOM de l'Hérault a également porté plainte. "La moindre des choses serait de faire les vérifications avant l’inscription", juge son président, le Dr Philippe Cathala. S'estimant victime de fraude, Doctolib a annoncé avoir porté plainte fin juillet pour exercice illégal et usurpation de titre. En pleine tempête médiatique suite à l'alerte lancée par des médecins concernant l'exercice de naturopathes et autres pseudo-thérapeutes alternatifs sur la plateforme, Doctolib a annoncé jeudi 25 août un renforcement de sa procédure de vérification. Désormais, aucune prise de rendez-vous ne peut être effectuée "avant que la vérification du droit d'exercer d'un professionnel de santé ne soit effective", assure la société dans son communiqué, indiquant par ailleurs que les fiches des praticiens non réglementés mentionnent de façon plus explicite qu'ils ne sont pas professionnels de santé et que la phrase d'accroche de la page d'accueil du site a été mise à jour.

Une consultation avec le comité médical et professionnel de Doctolib, la Miviludes, les syndicats et les ordres est en cours et devrait déboucher prochainement sur une nouvelle série de mesures. [avec Francebleu.fr]  

Approuvez-vous la proposition de l'Assurance maladie de dérembourser les prescriptions des médecins déconventionnés ?

Jean-Marc Juvanon

Jean-Marc Juvanon

Non

Il est évident que le "consentement à l'impôt", en l'occurrence les cotisations sociales obligatoires, va etre remis en cause. En ... Lire plus

0 commentaire
11 débatteurs en ligne11 en ligne





 
Vignette
Vignette

La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17