Soignants à l'AP-HP, ils ont renoncé à partir en vacances durant les JO 2024… mais la prime risque de leur passer sous le nez

11/12/2023 Par Aveline Marques
En se portant volontaires pour travailler durant la période allant du 22 juillet au 11 août 2024, ces médecins, infirmières, aides-soignantes et autres agents techniques de l'AP-HP pensaient tous bénéficier de la prime promise aux personnels de la soixantaine de services qui seront particulièrement mobilisés. Mais ils viennent d'apprendre que les critères d'attribution de cette prime seront beaucoup plus restrictifs…
 

Pour ce médecin, "c'est la désillusion". "Je n’en reviens pas. On s’est tous organisés pour travailler durant les Jeux. Et, maintenant, notre chef de service nous dit que tout le monde n’aura pas la prime", réagit-il dans les colonnes du Parisien. Comme ce praticien, de nombreux médecins, soignants et agents techniques de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) se sont portés volontaires pour travailler durant la période allant du 22 juillet au 11 août… en pensant toucher une prime exceptionnelle "Jeux olympiques". Cette prime permet de "valoriser l'effort consenti" pour tous ceux qui, travaillant dans la soixantaine de services mobilisés durant les JO, ne pourront pas poser 3 semaines de congés consécutives en juillet-août. Elle s'élèvera à 2500 euros brut par période de 5 jours travaillés pour les médecins, 1200 euros brut pour les infirmières, 1000 euros brut pour les aides-soignantes et 800 agents techniques. Mais après avoir remis leur planning estival, les volontaires ont appris que la prime ne bénéficierait en fait qu'aux soignants venus "en renfort", ou du moins ceux qui devront "décaler une semaine de vacances à la demande de leur encadrement". "Prenons un exemple, s’il y a 25 infirmiers et qu’il en faut 28 au moment des JO, il sera demandé à trois de déplacer leurs congés. Ils recevront alors une compensation pour cette contrainte. Mais pas le service entier", explique l'AP-HP au Parisien. "Nous avions compris que tous les agents devaient en bénéficier. Maintenant, il va falloir choisir qui l’aura", résume un responsable médical interrogé par le quotidien. [avec LeParisien.fr]  

 
Vignette
Vignette

11 commentaires
3 débatteurs en ligne3 en ligne
Photo de profil de Patrick Sorbette
182 points
Pharmaciens (CNOP)
il y a 6 mois
Même si c'est la bonne période, il faut arrêter de croire au père Noël. 2500 brut en plus du salaire pour 5 jours, 500 € de prime quotidienne ? Calculez le coût pharaonique. C'est bien de rêver ......Lire plus
Photo de profil de Ludovic Bulcourt
673 points
Débatteur Renommé
6f2eb2f8-138d-462b-857e-a08e32b2787d
il y a 7 mois
Ça me rappelle les heures supplémentaires promises au paramédicaux pour les secteurs Covid et en renfort des services en cluster qui ne les ont jamais eu. Discours avant de faire les fameux jours «&nb...Lire plus
Photo de profil de Stephane  L
175 points
Débatteur Renommé
il y a 7 mois
Décidément, le soignant n’apprendra jamais qu’on le roule dans la farine à chaque fois...Lire plus

La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17