"On se retrouve à faire de la séquestration" : les urgences du Mans en grève pour dénoncer le sort des patients psy

14/03/2024 Par A.M.
Le service des urgences de l'hôpital du Mans a lancé un mouvement de grève illimitée pour dénoncer la prise en charge actuelle des patients nécessitant une hospitalisation en psychiatrie. Faute de places, ils restent plusieurs jours aux urgences "dans une espèce de No care land", dénonce le chef de service, le Dr Lionel Imsaad, dans Ouest-France

 

"On arrive à un stade où tout a échoué. C'est pour ça qu'on fait grève", témoigne le Dr Lionel Imsaad, chef du service des urgences de l'hôpital du Mans, dans les colonnes de Ouest-France. Depuis la fin février, l'équipe a débuté une grève illimitée et manifeste, chaque jeudi, en ville. 

A l'origine de ce mouvement inédit, la situation des patients dont l'état nécessite une hospitalisation en psychiatrie. Faute de places dans l'Etablissement public de santé mentale (EPSM) de la Sarthe, à Allonnes, ils restent plusieurs jours voire semaines dans les urgences dans des conditions indignes. "Des patients se retrouvent pendant plusieurs jours dans une espèce de 'no care land' : une longue période sans recevoir de soins appropriés", pointe le chef de service. 

"Il n'y a pas de problème pour gérer l'urgence, la crise", explique-t-il. Mais les urgentistes "n'ont pas la compétence pour soigner des gens relevant de la psychiatrie". "Se pose ensuite un problème éthique et réglementaire : on doit entraver des personnes mais sans les soigner", déplore le médecin. Faute d'autorisation pour réaliser des soins sous contraintes, "on se retrouve à faire de la séquestration". 

"On est dans un désert médical mais chacun doit assumer ses missions. Quand je suis en difficulté pour accueillir des accidentés de la route, je ne demande pas à l'EPSM de s'occuper de mes patients", pointe Lionel Imsaad. "En Sarthe, les urgences du centre hospitalier du Mans sont les dernières à fonctionner 24h/24. Si cette équipe tombe, elle emporte toute l'offre publique du département", prévient-il. 

[avec Ouest-France

Vignette
Vignette

Médecins, faut-il signer l'accord conventionnel proposé par la Cnam?

Thierry Lemoine

Thierry Lemoine

Oui

Il ne faut pas rêver: la très grande majorité des médecins secteur 1 ne se déconventionnera pas ( pour les secteurs 2, la questio... Lire plus

2 commentaires
5 débatteurs en ligne5 en ligne
Photo de profil de Eric Semeria
2,4 k points
Débatteur Passionné
Chirurgie plastique reconstructrice et esthétique
il y a 2 mois
Bien oui C'était déjà le cas dans les années 80 Il était très difficile d'avoir le psychiatre de garde A contrario on était régulièrement appelé en psychiatrie pour tout un tas de bobologie qui soi...Lire plus

La sélection de la rédaction

Podcast Vie de famille
Jumelles et médecins généralistes : "L'idée, c'était d'avancer ensemble"
15/04/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
1
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
1
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17